La présentation du budget 2014 et les débats parlementaires subséquents n’ont nullement occulté les controverses majeures, qui animent l’échiquier politique. Le constat est qu’au contraire, elles sont devenues encore plus têtues et tenaces que ce soit au niveau de la politique énergétique avec les partisans de la campagne No To Coal se retrouvant quasiment en position de hors-jeu avec l’arbitre, le Premier ministre adjoint et ministre des Utilités publiques, Rashid Beebeejaun, sifflant en faveur de CT Power (Mauritius) Ltd ou par rapport au projet de la Biometric Identity Cardsavec des changements dans les tranches d’âge, dont l’objectif est de permettre au Mauritius National Identity Card Scheme (MNIS) de franchir dans les meilleurs délais la barre des 100 000 premières nouvelles cartes d’identité. A ce stade, sur 92 000 jeunes dans la tranche d’âge de 18 à 22 ans, quelque 60 000, détails révélés à l’Assemblée nationale, se sont fait enregistrer à la date de clôture du 30 novembre alors que la campagne No to ID-Biometrik s’évertue à se donner un second souffle. Il ne manquait que la polémique opposant le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, au gouverneur de la Banque de Maurice, Rundheersing Bheenick, sur fond du budget, pour clore la série.
En dépit des déclarations officielles teintées d’optimisme de la part des responsables du projet de la conversion vers la nouvelle Biometric ID Card,le fait cruel est que tout est actuellement mis en oeuvre pour que la barre des premières 100 000 nouvelles cartes d’identité nationale soit atteinte le plus rapidement possible. Ce chiffre magique devra constituer une carte maîtresse dans la contestation par le gouvernement des différentes injonctions logées en Cour suprême par les éléments de la plate-forme No to ID-Biometrik.
“Avec les premières 100 000 cartes d’identité nationale émises, le MNIS devra pouvoir se sentir davantage en confiance pour les prochaines étapes en Cour suprême en ce qui concerne les injonctions. Ces 100 000 cartes pourraient être présentées comme une quasi-acceptation du projet par la population”, soutient-on dans des milieux officiels. Le prochain rendez-vous en Cour suprême a été fixé au 24 janvier de l’année prochaine avec le Main Caselogé par Rajah Madhewoo.
Le cap de 100 000 sera-t-il alors dépassé? Difficile à dire car avec seulement 60 000 demandes de cartes enregistrées à la mi-semaine, le compte n’y était pas encore. D’ailleurs, la première tranche de 18 à 22 ans n’a pas été complétée car officiellement 92 000 Mauriciens en font partie. Dans un communiqué émis en fin de semaine, le Prime Minister’s Office informe les jeunes entre 18 et 22 ans, qui ne se sont pas encore inscrits pour la nouvelle carte d’identité qu’ils peuvent le faire même après la date-limite du 30 novembre en se rendant dans les centres indiqués.
Sans aucune contrainte
En parallèle, le MNIS est venu de l’avant avec une opération de Strategy Revamping confirmant l’information publiée dans les colonnes de Week-Enden date du 20 octobre dernier. Au lieu de se cantonner avec la répartition initiales des tranches d’âge pour les étapes subséquentes d’inscription, à partir d’aujourd’hui et ce jusqu’à la fin de mars prochain, les 411 000 Mauriciens, âgés de 23 à 44 ans, pourront faire de demande pour leurs Biometric ID Cardssans aucune contrainte. Il n’est pas à écarter qu’à partir du 1er avril de l’année prochaine, le calendrier d’enregistrement pourrait inclure tous les Mauriciens âgés de 45 ans et plus en vue de compléter la conversion au 31 juillet prochain et respecter l’échéance de septembre 2014 pour l’entrée en vigueur de la Biometric ID Card. Une telle éventualité attend confirmation en temps et lieu.
Ce changement, qui devrait insuffler un nouvel élan dans l’opération, est également accompagné d’un réaménagement des horaires des centres, soit de 9h à 17h, pour accorder une plus grande flexibilité aux Mauriciens. Le MNIS prévoit d’animer une série de Roadshowsà travers l’île, notamment dans l’Ouest, en vue de sensibiliser l’opinion sur l’importance de la nouvelle pièce d’identité.
A partir de janvier de l’année prochaine, Rodrigues sera concernée par la distribution de la nouvelle carte d’identité nationale. Une équipe d’éclaireurs du MNIS est prévue de faire le déplacement à Port-Mathurin pour les premiers préparatifs et des consultations avec le conseil exécutif de l’Assemblée régionale de Rodrigues sur toute la question. Cet exercice de conversion de l’ID Card touchera en moyenne 25 000 Rodriguais.
Dans la conjoncture, le camp de la plate-forme No to ID-Biometrik ne compte pas rester les bras croisés. La journée d’hier a été marquée par une Rankont sensibilizasyonse déroulant au Plaza. Les animateurs, qui ont prévu toute une série d’animation et d’expression artistiques, soulignent que “cette rencontre est la première avec d’autres se déroulant dans des endroits délocalisés en vue de toucher un maximum de la population car il y va du respect d’un droit fondamental.”
La plate-forme, menée par Jeff Lingaya s’est réunie, hier, en vue d’assurer une meilleure coordination de tous ceux qui militent contre l’introduction de cette nouvelle pièce d’identité à Maurice. Une journée d’information, de sensibilisation agrémentée par des performances artistiques s’est tenue jusqu’à 18h.
Commentant cette initiative pour Week-End, Jeff Lingaya a souligné que le but de leur pétition et des activités est d’arriver à un protocole des suites des échanges qu’il y a eu sur Facebook. “Il fallait pouvoir porter les posts disponibles sur Facebook pour les traduire sur le terrain”, a-t-il dit.
Plusieurs groupes militants et syndicats ont été invités à l’instar de Lalit, Resistans ek Alternatiz, Confédération Travayer Sekter Prive (CTSP), Regroupement Travayers Sociaux entre autres. La plate-forme compte, par ailleurs, se déplacer dans différentes régions, soit de village en village et de ville en ville pour exposer les faits pour ainsi donner le choix à la population de décider s’ils veulent ou non donner leurs empreintes digitales et leurs photos biométriques. La plate-forme compte prochainement se rendre à Mahébourg dans le cadre de cette Rankont sansibilizasyon.