La Fédération des syndicats du secteur public réclame un exercice d’évaluation sur les impacts de la politique « curtail public expenditure » suite au Budget 2013 qu’a présenté vendredi le ministre des Finances Xavier-Luc Duval. Une lettre en ce sens a été transmise en début de semaine au ministre de la Fonction publique Sutyadeo Moutia. Les retombées permettront d’adopter les mesures appropriées pour que les ministères et départements bénéficient du personnel requis afin de faire preuve d’une efficacité accrue dans les services.
Dans sa lettre au ministre de la Fonction publique, la Fédération des syndicats du secteur public (FSSP) observe en premier lieu que le Budget 2013 vient confirmer la politique gouvernementale de « curtail public expenditure » en bloquant les fonds pour remplir les postes vacants et pour en générer de nouveaux à plusieurs niveaux. Pour le président de cette fédération syndicale Rashid Imrith, cette « politique à l’aveuglette » de réduire les effectifs a un impact négatif sur l’efficacité de la Fonction publique dans son ensemble.
« On one hand, the policy is preventing Public Policies from being fully achieved. In addition, it is also preventing the observance of established procedures and practices and is leading to irregular practices and undertaking in the Civil Service on a routine basis. The regressive impact of inadequate staffing due to curtailing of expenditure on emoluments in the Civil Service has been highlighted in consecutive reports of the National Audit Office », explique la FSSP à Sutyadeo Moutia. La fédération syndicale se réfère, entre autres, à l’échec de l’inspectorat du ministère du Travail d’effectuer plus de 50 % des visites ciblées par manque de personnel.
La FSSP allègue par ailleurs que son affilié, la Government General Services Union, est accidentellement tombé sur plusieurs lacunes et versements irréguliers sur une base régulière au sein de la fonction publique. Rashid Imrith affirme que la plupart découlent du non-respect des procédures et des pratiques à cause d’un manque d’employés. La fédération affiche ainsi ses appréhensions sur le fait que le Budget 2013 n’ait pas parvenu à combler les lacunes concernant la pénurie de personnel.
La FSSP fait aussi état du déficit budgétaire qui a été ramené à 2,5 % pour 2012 et qui devrait être encore plus faible – soit à 2,2 % – en 2013. La fédération syndicale considère ainsi que le gouvernement détient la marge de manoeuvre pour revoir sa politique de réduire les dépenses publiques et mettre un terme à cette tendance de ne pas attribuer de fonds pour remplir les postes vacants.
« One of the duties of the Minister for Civil Service and Administrative Reforms is to formulate polices to improve the effectiveness of the Civil Service as a whole. You as the Minister for Civil Service and Administrative Reforms cannot remain insensitive to the deterring impact of the policy to curtail public expenditure on emoluments on the effectiveness of Civil Service. The Federation considers it high time that your ministry undertakes an assessment exercise to take stock of the impact of the continued failure to fill vacant post due to non-provision of funds in successive budgets over the last decade », écrit la FSSP.