Vingt-quatre heures après la publication du rapport du Pr Guy Carcassonne sur la réforme constitutionnelle, le processus de consultations entre leaders politiques des principales formations a été enclenché en vue de dégager un consensus sur la voie à suivre. Ainsi Le Mauricien a appris de sources confirmées que le Premier ministre et leader du Parti travailliste Navin Ramgoolam a établi dès hier des premiers contacts au téléphone avec le leader de l’opposition Paul Bérenger. Le leader du MMM se prépare de son côté à engager des consultations avec le président de la République sir Anerood Jugnauth avec un rendez-vous déjà confirmé à la State House jeudi. Il compte également rencontrer demain le leader du MSM Pravind Jugnauth pour passer en revue les propositions de réforme électorale sur la table de discussions.
En marge de ces premiers échanges au plus haut niveau sur le rapport Carcassonne, le bureau politique du MMM, réuni hier après-midi, a analysé en détails le contenu de la réforme proposée. « Nous souhaitons que le gouvernement aille de l’avant avec ce projet de réforme », a déclaré au Mauricien le leader du MMM après les délibérations du Politburo.
« Nous sommes arrivés à la conclusion que le rapport Carcassonne est formidable sur le plan électoral en vue de consolider la démocratie et la représentation féminine en politique. La question que nous nous posons toutefois est s’il y a lieu d’abolir le best loser system pour engager cette réforme. Nous savons pertinemment bien que cette dernière proposition devrait avoir pour conséquence une véritable levée de boucliers de la part des conservateurs. D’ailleurs, les premières voix de protestation se font déjà entendre à ce sujet », poursuit Paul Bérenger.
Ce qui se dégage jusqu’ici dans les rangs du MMM, après les premières discussions sur le rapport Carcassonne, est qu’il faut éviter que la réforme électorale envisagée ne soit victime de dérapage avec des réactions émotionnelles au sujet de la formule de députés correctifs. « Devons-nous prendre le risque de nous retrouver aspirer par un side debate sur le best loser system ? Nous nous posons la question dans la conjoncture. Nous ne voyons aucune contradiction avec la formule préconisée d’élections avec un maximum de 12 circonscriptions élisant entre quatre et sept députés. Nous préférons voir le maintien du best loser system pour repousser les risques de dérapage. À ce stade, nous n’avons pris aucune décision sur cette question », s’est appesanti Paul Bérenger à ce stade des débats.
« Beaucoup dépendra de la position qu’adoptera Navin Ramgoolam. Dans un premier temps, le Premier ministre fait preuve de dispositions positives concernant les recommandations du Pr Carcassonne. Néanmoins, la suite dépendra de la façon dont il gérera les pressions, auxquelles il aura à faire face. Au risque de me répéter tout dépendra du Premier ministre », a ajouté le leader du MMM, qui a confirmé les échanges d’hier avec le Premier ministre.
« Nous nous sommes déjà parlés au téléphone. Je suis à sa disposition pour la suite des discussions sur la réforme électorale », a fait ressortir Paul Bérenger. Entre-temps, le leader du MMM prépare ses dossiers en vue d’un rendez-vous majeur arrêté pour jeudi. À sa demande, il sera reçu par le président de la République pour des discussions sur la portée des recommandations du Pr Carcassonne et de ses deux collaborateurs, Père Vilanova et Vernon Bogdanor. Il prévoit une séance de travail demain avec le leader du MSM Pravind Jugnauth à ce même sujet.
Au sein du Ptr, l’on avance que le leader devra s’engager dans un exercice en vue de tâter le pouls de ses « rank and file » à la prochaine réunion de l’exécutif, qui devra être convoquée avant la fin de l’année selon toute probabilité. Mais à ce matin aucune date n’a été arrêtée pour la tenue de la réunion.