ELIEZER FRANCOIS Leader du MAM

Le leader du Mouvement Authentique Mauricien (MAM), Eliézer François, analyse les retombées des dernières élections générales. Il a souligné avoir déposé une plainte réclamant l’annulation des élections avant même l’annonce des résultats, après avoir appris que plus de 6 000 personnes n’avaient pu voter. Il considère ainsi les pétitions de l’opposition « tardives et inutiles », puisqu’elles ne concernent que dix circonscriptions. De même, il est d’avis que Navin Ramgoolam doit céder le leadership du Parti travailliste à Arvin Boolell.

Eliézer François a dit avoir été choqué par la déclaration de Me Désiré Basset, de l’Electoral Supervisory Commission, le soir des élections. « Il a dit que ceux n’ayant pu voter auraient dû vérifier si leurs noms figuraient sur le registre électoral avant les élections. C’est choquant ! Cela n’existe dans aucun pays. C’est le travail de la Commission électorale de s’assurer que les électeurs figurent dans le registre. » C’est pour cela, a-t-il ajouté, qu’il avait déposé une plainte avant même la proclamation des résultats pour que les élections soient annulées. « Je rappelle qu’Ivan Collendavelloo avait lui aussi exprimé son mécontentement concernant le nombre de personnes n’ayant pu voter. »

Le leader de MAM a expliqué également ce « cafouillage » par le peu de temps accordé à la Commission électorale pour préparer les élections. « Je rappelle que pendant plusieurs mois, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait presque fait serment qu’il y aurait une partielle au No 7, même si tous les observateurs politiques disaient le contraire. Il a pris la Commission électorale par surprise en annonçant les élections générales. » Il estime également que l’opposition parlementaire n’a pas joué son rôle en s’abstenant de réagir à la situation. « La réalité est que Xavier Duval et Paul Bérenger attendaient quand Pravind Jugnauth allait les appeler en alliance. Quant à Navin Ramgoolam, il comptait lui aussi sur Xavier Duval et Alan Ganoo pour une alliance. »

Dans ce contexte, Eliézer François est d’avis que les pétitions électorales de l’opposition pour contester les résultats dans dix circonscriptions sont « tardives et inutiles ». D’autant qu’elles ne concernent que la moitié des circonscriptions, a-t-il dit. Il est également d’avis que Navin Ramgoolam a perdu les élections parce qu’il n’a pas su réorganiser la base du parti après la défaite de 2014. « Premièrement, il aurait dû laisser Arvin Boolell devenir le chef de file du PTr à l’Assemblée après son élection à la partielle de Quatre-Bornes, car il a plus d’expérience que Shakeel Mohamed. Et puis, on ne prend pas de l’argent dans la caisse du parti pour s’acheter des cigares et des parfums. Il a agi comme un pilleur. »

Autant de raisons qui poussent Eliézer François à dire que Navin Ramgoolam doit céder le leadership à Arvin Boolell. « Avec Patrick Assirvaden et autres, Rajesh Jeetah, il pourrait réorganiser le parti. Je n’ai rien contre Navin Ramgoolam, mais il doit partir afin de ne pas gêner Arvin Boolell dans son travail. » Cependant, il invite Arvin Boolell à « faire attention à Paul Bérenger. » Il lui demande de faire son travail sans compter sur le leader du MMM car « il cherchera à tirer profit de la situation ».