Le Central CID s’attaque aux différentes “gates” qui ont circulé pendant la campagne électorale. Une équipe spéciale sera constituée cette semaine pour travailler sur cet item, surtout qu’il y a eu plusieurs plaintes rapportées aux Casernes centrales.

Même l’épouse du Premier ministre, Kobita Jugnauth, a fait une déposition après qu’une vidéo en circulation a allégué qu’elle avait des comptes bancaires à l’étranger. Les éléments de la Cybercrime Unit et de l’Information and Technology Unit de la police sont déjà en possession de ces bandes-vidéo qui sont en cours d’analyse.

Selon une source au CCID, les enquêteurs s’intéressent surtout à deux “Gates” qui ont été mises en ligne sur le site d’une radio privée, ciblant le président de Mauritius Telecom, Sherry Singh, et celle au préjudice de Kobita Jugnauth. Dans un premier temps, la police souhaite savoir qui sont les personnes impliquées dans le montage de ces vidéos et qui leur a donné cette instruction.

Elle n’écarte pas la possibilité que des individus avec un “hidden political agenda” aient donné des « informations erronées » à ce média pour nuire à la réputation des victimes. D’ailleurs, le directeur de cette radio et un de ses journalistes sont dans le viseur du CCID. Cependant, leur convocation n’est pas prévue dans l’immédiat, même si une perquisition au siège de cette radio n’est pas à écarter dans le milieu des enquêteurs. Ces derniers veulent mettre la main sur des appareils informatiques pour confirmer si les vidéos ont été fabriquées au siège de ce média.

En ce qui concerne la plainte de Kris Kaunhye, directeur de Top FM, qui avait dénoncé les propos du Premier Ministre Pravind Jugnauth pour incitation à la violence contre ses journalistes lors d’un congrès du MSM à Triolet pendant la campagne électorale, le CCID indique que « cette enquête est traitée par une autre équipe ».

Par ailleurs, la plainte de “criminal defamation” par le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden, par rapport à la diffusion sur la MBC des “private banking transactions” de Navin Ramgoolam, un haut gradé confirme qu’une enquête a aussi été entamée. « L’enquête ne sera pas traitée avec les autres Gates car chaque cas est différent. »

D’autre part, Sachin Jootun, directeur du Mauritius Film Development Corporation (MFDC) a porté plainte à la police lundi pour infraction à l’Information and Communication Technology Act. Ce dernier avance que des lettres anonymes ont été envoyées à l’ICAC dans le passé pour tenter de nuire à sa réputation.

Ce quadragénaire dit que la commission avait conclu que les allégations faites contre lui étaient fausses. Mais durant la campagne électorale, il dit avoir pris connaissance qu’une correspondance anonyme a circulé sur des réseaux sociaux selon laquelle il utilisait le personnel, les équipements et les véhicules de la MFDC pour faire de fausses vidéos contre Navin Ramgoolam.

Il a nié ces faits et également les allégations qu’il entretenait une relation avec une candidate de L’Alliance Morisien. Sachin Jootun soupçonne certains employés de la MFDC d’être derrière la circulation de ces informations qui lui portent préjudice. Il a également remis aux enquêteurs une copie de la lettre qui circulait pendant la campagne.