Jimmy Marthe, alias Colosso, agresseur présumé de Fabrice Edouard, qui s’est présenté comme le Pablo Escobar local dans le reportage diffusé sur la chaîne satellitaire M6 dans la soirée du 23 janvier, se trouve en situation compromettante dans l’enquête policière. Il s’est constitué prisonnier dans la matinée d’hier au poste de police de Baie-du-Tombeau, en présentant un alibi selon lequel il se trouvait à l’hôpital Jeetoo au moment de l’agression sauvage du faux Pablo Escobar.
Un premier exercice de vérification de ces détails au département des Urgences de l’hôpital Jeetoo pousse toutefois les enquêteurs à entretenir des doutes au sujet de cet alibi. En effet, même si les « Records » officiels de l’hôpital confirment que le fils de Colosso s’y était rendu pour des soins dans la nuit du 23 au 24 janvier, ce n’est cependant pas aux heures indiquées par le suspect.
La carte émise par les services administratifs de l’hôpital indique que l’enfant, qui était accompagné de sa mère et non de son père, s’y trouvait vers 1 heure 15 du matin et non à minuit et demi comme l’a affirmé Colosso lors de son interrogatoire dans la journée d’hier. Les enquêteurs ont préféré de ce fait le maintenir en détention policière en attendant sa comparution devant le tribunal de Pamplemousses.
Les enquêteurs du CID de la Northern Division attendent le feu vert des médecins de l’hôpital Jeetoo pour consigner la première déposition de la victime, Fabrice Edouard. Ses proches affirment que dans sa déposition, il confirmera les détails révélés par sa mère, Noëllie Edouard, à l’effet que l’agresseur principal n’est nul autre que le dénommé Colosso.
À la mi-journée, l’enceinte du tribunal de Pamplemousses était prise d’assaut par les proches et amis du suspect Colosso. Une ambiance relativement tendue régnait. Aucune décision n’a encore été prise quant à sa comparution devant ce tribunal.