Rodrigues se remet des séquelles du passage du cyclone tropical Imelda avec des rafales d’un peu moins de 120 km/h lundi après-midi et des conséquences principalement pour le réseau électrique. Après un premier constat préliminaire réalisé dans la matinée d’hier lors de la réunion du Disaster Committee, présidée par le chef commissaire Serge Clair, les différentes commissions de l’Assemblée régionale ont constitué un réseau de cellules pour établir un rapport détaillé des dégâts et des mesures à prendre.
Ce document, qui pourra être avalisé lors des prochaines délibérations de l’Executive Committee, sera présenté au Premier ministre Navin Ramgoolam la semaine prochaine. À cette même occasion, Serge Clair présentera au PM le chèque de Rs 600 000 représentant la contribution de Rodrigues suites aux inondations meurtrières du 30 mars à Port-Louis au nom de la Solidarité-Maurice.
Cette décision a été prise par le chef commissaire après une conversation téléphonique avec le Premier ministre, hier, faisant état d’un bilan préliminaire d’Imelda dans l’île. « Lors de nos échanges d’hier, il a été convenu que je fasse le déplacement à Maurice la semaine prochaine pour une séance de travail avec le Premier ministre. Je lui brosserai un tableau de la situation post-Imelda. De ce que j’ai pu constater, le gouvernement est bien décidé à apporter sa contribution dans la conjoncture vu que le chef du gouvernement connaît déjà le terrain », a déclaré Serge Clair au Mauricien.
L’une des préoccupations majeures des autorités à Rodrigues concerne l’entretien des drains et des rivages des cours d’eau. « À Rodrigues, nous faisons face à un manque d’équipements pour ces travaux d’entretien. Nous ferons une demande en ce sens auprès des autorités. Nous avons des craintes sur des risques pour la région de Port-Mathurin avec une répétition de pluies torrentielles. Nous avons pu atténuer la situation avec des premiers travaux de déblaiement des cours d’eau avant l’arrivée du cyclone Imelda dans les parages, qui nous a permis d’identifier et de confirmer les zones à risques », soutient le chef commissaire.
Les régions identifiées par les autorités de Rodrigues sont Baie-aux-Huîtres, Camp-du-Roi, Fond-la-Digue, Baie-malgache, Anse-Baleines, Rivière-Coco, Mourouk et Port-Sud-Est. « À Port-Mathurin, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il faudra revoir le système d’évacuation d’eau de pluies en surélevant les bords des cours d’eau car il existe de véritables risques de débordements dans la ville », s’appesantit Serge Clair après les pluies de ce début de semaine.
Pour sa part, le Premier ministre a évoqué la possibilité du déplacement à Rodrigues à brève échéance d’une mission dirigée par le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo et comprenant des techniciens de ce ministère pour des consultations en vue d’élaborer un plan d’action pour l’entretien et la construction de drains dans l’ensemble du réseau routier de l’île. À ce matin, aucune date n’avait été retenue pour cette mission ministérielle post-Imelda.
Le chef commissaire fait état d’une consolation et d’un regret en même temps. « La grosse consolation reste la situation de l’eau. Il va sans dire qu’Imelda a apporté de l’eau à Rodrigues. Les barrages existants sont remplis. Mais les retards et les tergiversations de la précédente équipe à la tête de l’Assemblée régionale font que nous nous retrouvons avec une occasion ratée. Si le barrage de La Bonté avait été réalisé, Rodrigues aurait bénéficié d’un apport d’eau de quelque 70 000 mètres cubes », laisse-t-il entendre.
Serge Clair n’a pas manqué de relever des manquements au niveau de l’aménagement du territoire avec des maisons construites à flanc de montagne ou dans d’autres endroits exposés à des éboulements et à des érosions. « Nous allons devoir tirer des leçons de ce que nous avons vu avec Imelda pour éviter le pire », a-t-il conclu en confirmant que les dégâts à l’agriculture sont à hauteur de 20 %, notamment dans des champs de maïs, de haricots, d’oignon et d’ail.