Selon lui, les conclusions des experts singapouriens indiquant qu’il y a eu manque de coordination des autorités par rapport aux inondations et recommandant la mise sur pied d’une Disaster Management Unit démontrent l’incompétence du gouvernement. S’offusquant de « ce gaspillage de ressources pour arriver à la même conclusion que celles du juge Domah dans son rapport post-inondations 2008 », le leader du MSM indique que « pe défons enn laporte ouvert. » Les réparations et autres cassures de béton le long de la Ring Road ou encore au Ruisseau du Pouce et le long de la 3e voie – devant être effectuées aujourd’hui pour parer à d’autres dégâts – démontrent, une nouvelle fois, dit-il, « un gaspillage des fonds publics, car pann fer seki bizin couma ti bizin. » C’est la raison pour laquelle le MSM réclame une commission d’enquête pour situer toutes les responsabilités. Le parti appelle le vice-PM et ministre des Infrastructures publiques Anil Baichoo à démissionner, le temps de faire la lumière sur les inondations du 30 mars.
Lors de la conférence de presse de son parti, hier, au Sun Trust, Pravind Jugnauth est revenu sur plusieurs points relatifs aux inondations, dont ceux soulevés lors des récentes Private Notice Questions à l’Assemblée. « Le pays est toujours dans un état de choc et de colère, surtout après avoir entendu les explications du PM Navin Ramgoolam et d’Anil Baichoo ainsi que d’autres représentants des autorités », dit-il. Ces révélations, selon lui, « démontrent clairement que les autorités, dont la station météo et la police, tombant sous la responsabilité directe du PM, ont une large part de responsabilité. » Reprenant les propos de Navin Ramgoolam à l’Assemblée nationale, Pravind Jugnauth fait ressortir que le PMe a avoué que ce n’est qu’à 15h39 que le comité de crise s’est réuni le 30 mars sous la présidence du commissaire de police. « À cette heure, l’eau était en décrue et il y avait déjà eu plusieurs morts », dit-il, ajoutant que « même Shakeel Mohamed a fait une sortie contre la police pour dire qu’elle était absente à l’heure où on avait besoin d’elle. » Plusieurs autres témoignages confirment ces faits, dit le leader du MSM, soulignant qu’en ce qu’il s’agit des prévisions météorologiques, là encore, il y a plusieurs manquements. « Ce, alors que le PM a lui-même indiqué qu’il existe une coopération entre la station météo de Maurice et celle de La Réunio, qui a elle émis un communiqué depuis le veille, soit le 29 avril », dit-il, s’attardant sur les communiqués émis par la station météo de Maurice le jour des inondations, dont le communiqué spécial émis à 14h30 seulement.