La Government Services Employees Association (GSEA) a réuni la presse hier pour notamment suggérer des mesures à prendre après les inondations du 30 mars. Le gouvernement, estime-t-elle, devrait favoriser un « développement intègre des infrastructures au lieu d’un développement sauvage à court terme ».
« À Maurice, nous aimons imiter les pays étrangers. À Cape Town aussi il y a un waterfront, mais à Cape Town, ils ont un floodgate », a fait ressortir le président de la GSEA Radhakrishna Sadien. Et d’ajouter qu’il y a un gros travail à faire au niveau des drains.
Le président de la GSEA est d’avis que le développement des routes, de l’infrastructure routière, des centres commerciaux et des morcellements nécessite plus d’attention de la part des autorités. « Il faut prendre des mesures afin ki contracter pas baclé travay. Nou bizin trouve banne solutions durables », a insisté M. Sadien. Et de souligner le rôle crucial de la Météo. « Elle dit qu’elle a un problème d’équipements, mais il faut aussi qu’elle revoie son système et son protocole ». La GSEA estime que la Météo devrait également revoir ses critères pour le déclenchement d’une alerte de pluies torrentielles. M. Sadien suggère en outre que la station de Vacoas utilise des sirènes afin d’alerter le public en cas de pluies torrentielles.