Dans une missive adressée à l’Association des Architectes de Maurice dans le sillage des catastrophes engendrées par les inondations du 30 mars dernier, l’Union internationale des Architectes (UIA) souligne « l’absolue nécessité d’une conception responsable pour tous les établissements humains ». Le président de l’UIA, Albert Dubler, estime qu’il « n’est pas acceptable, qu’à notre époque moderne, des aménagements et des infrastructures puissent encore provoquer des dégâts irréparables ».
Tout en exprimant sa compassion et sa solidarité avec la population mauricienne dans sa correspondance adressée à la présidente de l’Association des Architectes de Maurice, Sylvie de Leusse, Albert Dubler souligne qu’une fois de plus, « la nature a démontré l’absolue nécessité d’une conception responsable pour tous les établissements humains ». Pour le président de l’Union internationale des Architectes, « le développement trop précipité de parties de territoires non suffisamment étudiées, pour répondre aux légitimes volontés de développement économique, n’a malheureusement que très peu de chances d’échapper à de telles catastrophes ».
« Il n’est pas acceptable, qu’à notre époque moderne, où nous apprenons tous les uns des autres, où nous partageons savoir, savoir-faire, technologies, inventions et expériences, des aménagements et des infrastructures puissent encore provoquer des dégâts irréparables », poursuit-il. « Nous nous devons d’atténuer les effets des catastrophes, pas de les multiplier ».
Le président de l’UIA lance un appel à tous les dirigeants de tous les pays et territoires, « surtout ceux qui ont les plus pressants besoins de développement, à s’appuyer sur les compétences professionnelles des architectes, urbanistes et ingénieurs les mieux informés des lieux sur lesquels sont prévus des projets de développement pour encadrer les offres d’investissement et en limiter les risques potentiellement prévisibles et les dangers inhérents à la spéculation ».