Plus de deux ans après le naufrage du MV Benita au Bouchon, les pêcheurs de la région sont toujours insatisfaits de la compensation payée par l’État. Selon leur porte-parole, Ranjeet Foolchand, ils n’ont pu travailler pendant 21 mois en raison des interdictions imposées par le ministère de la Pêche. Ils estiment que la compensation de Rs 53 743 est « insuffisante » pour cette période, d’autant qu’ils doivent également y puiser pour acheter de nouveaux casiers.

En juin 2016, suivant le naufrage du MV Benita, les pêcheurs de la région du Bouchon, dans le sud, avaient été interdits de pêche en raison des risques toxiques potentiels. Les autorités avaient promis que les pêcheurs recevront une compensation. Toutefois, indique Ranjeet Foolchand, il a fallu « attendre longtemps » avant qu’une première tranche de Rs 19 745 leur soit versée. « Suivant nos protestations, un conseiller du ministère de la Pêche est intervenu à la radio pour dire que cette somme représentait une compensation pour deux mois seulement. »

Il ajoute que sur la base de cette information, il s’attendait que le reste de la compensation soit basé sur ce chiffre, soit environ Rs 9 000 par mois. Cependant, en décembre 2017, suivant une action initiée par Mahen Jhugroo, qui assurait la suppléance à la Pêche, une nouvelle somme de Rs 33 998 leur a été versée. « Dans un premier temps, nous avions rejeté cette offre car elle ne reflétait pas les 21 mois de chômage forcé. Par la suite, on nous a convaincus d’accepter la somme en attendant une troisième tranche. Malheureusement, il n’y a rien eu jusqu’ici. Au contraire, quand nous avons commencé à protester, le ministère est venu mettre un avis sur la plage du Bouchon disant que la pêche était à nouveau autorisée. »

Une « tactique » que déplorent les pêcheurs. Ils rappellent que suivant une question parlementaire de Ritesh Ramful, le ministère de la Pêche avait révélé que la compagnie d’assurances du MV Benita avait payé une somme de Rs 25 M à l’État mauricien. De cette somme, Rs 637 176 a été versée comme compensation à 11 pêcheurs et un « banian ». Les pêcheurs se demandent pourquoi ils n’ont reçu que des « miettes » de la somme payée par l’assureur.

Ils soulignent également que de la compensation reçue, ils ont dû également acheter de nouveaux casiers. « Quand on a fait les enregistrements pour la compensation, on avait également noté le nombre de casiers de chacun. Toutefois, lors de la réunion organisée par Mahen Jhugroo, il n’y aurait aucun chiffre disponible. »

Les pêcheurs du Bouchon lancent ainsi un nouvel appel pour que la troisième tranche promise leur soit versée. Ils n’écartent pas l’éventualité d’une manifestation si la situation n’évolue pas. « Nous avons l’impression qu’on est en train de prendre les pêcheurs pour des imbéciles. Ce qu’ils ont fait avec nous est injuste. »