Environ 6 000 enseignants du primaire attendent toujours l’alignement salarial prévu par l’Errors, Omissions and Anomalies Committee de 2013. Une simple interprétation du terme “educator”  les prive en effet de ce dû depuis un an. La Government Teachers Union invite le chef de la Fonction publique à publier son rapport pour corriger cette « injustice ». Sans quoi, les enseignants descendront dans la rue.
En octobre 2012, ils étaient quelque 3 000 enseignants à manifester contre le rapport du PRB, qui n’avait pas fait provision pour leur alignement salarial avec les enseignants du secondaire. L’Errors, Omissions and Anomalies Committee (EOAC) est venu corriger cette « erreur », sauf que le rapport fait provision pour les “educators”. Ce terme est utilisé pour les nouvelles recrues alors que les anciens ont toujours le grade de “teacher/senior teacher”.
Au moment d’appliquer le rapport, seuls les premiers nommés ont bénéficié de l’alignement salarial. « Ce qui est une aberration, car ceux comptant 18 ans de service, par exemple, n’ont reçu qu’un “increment” de Rs 590, tandis que les nouveaux ont obtenu une augmentation de Rs 4 000 par mois sur leur salaire », déplore Vinod Seegum, président de la Government Teachers’Union (GTU). Ce dernier est d’avis qu’après un an d’attente, cette « injustice » doit être réparée. « Les enseignants sont frustrés. Cela peut avoir un impact négatif sur leur travail. »
Toujours est-il que les enseignants ne baisseront pas les bras, prévient Vinod Seegum. « D’ici un mois, si rien n’est fait, nous descendrons dans la rue. Nous prévoyons des réunions de mobilisation à travers l’île. Nous invitons ceux qui ont bénéficié de l’alignement salarial à se montrer solidaires envers leurs collègues. » La GTU, qui est affiliée à l’Education International, compte également alerter cette instance sur la question. « Il faut qu’ils sachent ce qui se passe chez nous. »