Les enseignants du cycle d’éducation secondaire sont venus en grand nombre à la manifestation contre le dernier rapport du PRB, à Port-Louis, aujourd’hui. Les dirigeants du Front commun de l’éducation, réunissant la Government Secondary School Teachers Union (GSSTU), l’Education Officers Union (EOU) et la MGI Employees Union (MGIEU), n’ont pas caché leur satisfaction et annoncent une action syndicale au cours du 2e trimestre si la situation n’évolue pas. Des directives ont aussi été données pour que les enseignants ne signent pas l’Option Form.
« Rann nou nou dinite », « linzistis nou pale », « Educators nation-builders ». Ce sont quelques-uns des slogans lancés par les enseignants du cycle d’éducation secondaire ayant manifesté dans les rues de la capitale aujourd’hui, contre les recommandations du rapport du PRB 2016. Selon Vikash Ramdhonee, président de la GSSTU : « Depuis 1998 les rapports successifs du PRB ont humilié les enseignants du secondaire. L’éducation est un secteur important du pays. C’est nous qui formons les jeunes pour d’autres secteurs. Nous sommes ici pour défendre notre dignité; c’est l’avenir du pays qui est en jeu. »
Selon le président de la GSSTU, il est inconcevable que le PRB vienne ajouter quatre periods supplémentaires au « teaching time », alors que les enseignants, dans leurs représentations précédant le rapport, en avaient réclamé une baisse. « Nous avions fait ressortir que pour donner une quality education comme le préconise le nine-year schooling, il faut réduire le nombre de periods. Mais le PRB a fait le contraire.»
Vikash Ramdhonee a invité les enseignants du cycle secondaire à ne pas signer l’Option Form. Il brandit la menace d’une autre action syndicale d’envergure au cours du 2e trimestre si le gouvernement ne réagit pas. De même, une lettre de protestation signée des enseignants du secondaire sera adressée au Premier ministre bientôt. Le front souhaite également une rencontre avec le ministre de la Fonction publique, Alain Wong et la mise sur pied d’une commission salariale indépendante. Il souhaite également que les enseignants puissent bénéficier d’une promotion au moins une fois au cours de leur carrière. Le président de la GSSTU dit avoir eu une rencontre avec la ministre de l’Education, Leela Devi Dookun-Luchoomun, la semaine dernière, et que cette dernière leur apporte tout son soutien.
De son côté, Ali Yearoo a déclaré que ce n’est pas au PRB de faire la leçon aux enseignants. « Comment enseigner 34 periods ? Et n’oublions pas les nombreuses heures passées à corriger les cahiers à la maison. »
Vinay Bhunnookdharee, président du MGIEU, a, lui, déclaré sur un ton ironique que le bureau du PRB devrait envoyer son rapport à être corrigé par les enseignants avant la publication.
Au cours de leur manifestation, les enseignants se sont arrêtés devant l’Emmanuel Anquetil Building en signe de solidarité avec Boopa Brizmohun et Rashid Imrith qui y tiennent une grève de la faim.
Vikash Ramdhonee a précisé que la mobilisation d’aujourd’hui a démontré la solidarité entre les enseignants du secondaire. À signaler que la SPSTU regroupant les enseignants du secondaire catholique et l’UPSEE n’ont pas participé à la marche.