Yamal Matabadul, CEO de Polytechnics Mauritius Ltd

Un millier de places disponibles à Polytechnics Mauritius dépendant d’une évaluation d’aptitudes

Après les résultats du School Certificate (SC), ceux qui n’ont pu accéder en Grade 12 devront choisir une autre option. Polytechnics Mauritius a été créée dans le cadre de la réforme de l’éducation pour répondre à ce besoin.Toutefois, tous n’y auront pas accès, car là également, il y a des critères à respecter. Il faudra avoir au moins un “pass” pour une formation dans le tourisme tandis qu’il faudra compter entre trois et cinq “credits” pour des cours dans les domaines informatique et médical. De plus, les candidats devront passer par un diagnostic pour évaluer leur capacité à faire le métier demandé.

Selon Yamal Matabadul, CEO de Polytechnics Mauritius Ltd, il y a environ un millier de places disponibles pour les différents cours offerts par l’institution. Toutefois, précise-t-il, on ne peut dire à l’avance si toutes ces places seront remplies, car il y a des procédures à suivre et tout dépendra du nombre d’étudiants qui passeront ce cap. « Nous avons des cours pour des étudiants avec un simple “pass”, pour ceux avec trois “credits”, ainsi que pour ceux avec cinq “credits”. Une fois les demandes faites, nous allons réaliser un diagnostic pour déterminer si les candidats sont aptes à suivre la formation demandée ainsi que le métier qui va avec. » 

Cet exercice, ajoute-t-il, n’est pas tant basé sur la connaissance que sur la capacité à s’adapter. « Ces procédures passent d’abord par l’étape de l’entretien. Il y a ensuite une mise en situation par groupes. Par exemple, pour les étudiants en “Nursing”, nous pouvons simuler un Ward d’hôpital et voir comment les candidats réagissent. L’idée est de reconnaître et identifier les multiples talents et non pas se fier uniquement sur l’aspect académique. » Toujours est-il que l’institution proposera une remise à niveau là où c’est nécessaire. De même, concernant les “credits”, l’accent est mis sur les matières scientifiques et les mathématiques pour les cours dans les domaines de l’informatique et de la santé.

Les cours à Polytechnics Mauritius, précise Yamal Matabadul, comportent 50% de théorie et 50% de pratique. Les étudiants font ainsi leur formation entreprise en même temps pendant la durée des cours. « Nous travaillons avec des partenaires du secteur public aussi bien que privé. Par exemple, nos étudiants en Nursing peuvent faire des stages de pratique à l’hôpital ou dans des cliniques comme Darné ou Wellkin. Pour l’hôtellerie, nous travaillons avec plusieurs grands groupes, tandis que pour le secteur ICT, nous comptons environ 25 partenaires. »

ll souligne que même les étudiants ayant complété leur HSC choisissent de venir à Polytechnics Mauritius en raison de la possibilité de développer leurs compétences à travers les “internships”, particulièrement dans le secteur de l’ICT. Rappelons également que pour ceux qui ont suivi des cours de Nursing à l’hôpital, il fallait être détenteur du HSC, tout comme c’est le cas pour les enseignants.

Autrement, il y a peu d’options à Polytechnics Mauritius pour ceux ayant un simple “pass” au School Certificate, soit moins de trois “credits”. Les deux seuls cours proposés sont un “Foundation Course in International Hotel and Tourism Management” ou un “Diploma in Beauty and Spa Management”. Avec trois “credits”, les étudiants peuvent s’inscrire pour un “Diploma in Cybersecurity” ou un “Diploma in Digital and Interactive Media”. Pour les cours en Nursing, il faut compter cinq Credits, dont au moins un dans une matière scientifique. En revanche, pour un Diploma in Pharmacy, Medical Imaging, Medical Assistant ou Medical Laboratory Technology, il faudra compter cinq Credits, dont deux matières scientifiques et l’anglais.

Parcours alternatif au Charles Telfair Institute

Le Charles Telfair Institute (CTI) offre également la possibilité aux détenteurs d’un SC de décrocher leur diplôme universitaire à travers un parcours alternatif. Kanya Santokhee, responsable de marketing au CTI, indique ainsi que les étudiants ayant réussi leur SC, mais ne détenant pas cinq Credits, peuvent s’inscrire pour un cours certifié de la TAFE d’Australie. « Ils peuvent suivre des cours menant à un Certificate d’une durée de six mois, soit un semestre, puis un Diploma d’une durée d’un an en Business ou Design. S’ils réussissent cette étape, ils pourront s’inscrire pour une Licence de la Curtin University en management, marketing, IT, Design ou communication. Au total, cela fait un parcours de quatre ans et demi. »

Les dossiers pour ce parcours sont évalués « on a one-to-one basis », ajoute Kanya Santokhee. L’étudiant doit toutefois avoir une bonne base d’anglais. Il aura également droit à un counselling pour déterminer la meilleure option pour lui.

Le secondaire d’État pour le maintien des cinq « credits »

Même si certains collèges d’Etat régionaux se retrouvent avec peu d’élèves ayant obtenu cinq Credits, à l’instar de la Saint Aubin SSS et ses cinq élèves seulement sur 50 candidats, les syndicats du secondaire d’Etat sont en faveur du maintien de cette formule. Yugeshwur Kisto, président de la Government Secondary School Teachers Union (GSSTU), est ainsi d’avis qu’on ne peut procéder à un nivellement par le bas. « Les ressources humaines sont nos seules richesses. Nous ne pouvons faire de compromis à ce sujet. Nous sommes pour les cinq Credits, mais nous demandons toutefois au ministère de se montrer plus flexible dans les options pour le Grade 12. » En effet, dans certains cas, un certain nombre d’élèves par classe pour certaines matières est exigé. Mais avec le peu d’étudiants ayant passé le minima académique des cinq Credits, le syndicat souhaite que le ministère se montre moins exigeant.

Vikash Ramdonee, secrétaire de l’Union of Rectors and Deputy Rectors of State Secondary Schools, se dit lui aussi en faveur du maintien des cinq Credits. « On ne peut faire un retour en arrière avec trois ou quatre Credits pour passer en Grade 12. Pour moi, ce serait régresser alors qu’avec les cinq Credits, on est appelé à progresser. » Il ajoute qu’il y a aujourd’hui différentes options pour ceux n’ayant pu atteindre les cinq “credits”, dont les cours à Polytechnics Mauritius ou au Lycée Polytechnique Sir Guy Forget.

NSDP pour détenteurs de SC)

Le National Skills Development Programme (NSDP), initiative du gouvernement ayant pour objectif de former les jeunes sans emploi afin de mieux allier les compétences avec les besoins du marché du travail, est mis en oeuvre par le Human Resource Development Council (HRDC).

Les formations offertes sous le NSDP sont réservées uniquement aux jeunes sans emploi âgé de 16 à 35 ans. Le programme comprend formation théorique et pratique suivie d’un stage en entreprise pour une durée de 3 à 12 mois. Les frais de formation ainsi qu’une allocation (Stipend) mensuelle de Rs 6,000 par stagiaire sont pris en charge par le HRDC.

Les formations et stages suivants sont actuellement disponibles sous le NSDP:

Professional Skills for Aspiring Sales Executives 

Entreprise: Tearose Co Ltd (Belladonna) and Sabot De Venus Ltd (W shops)

Centre de formation: Innova Biz Solutions Ltd

Durée: 3.5 mois

Éligibilité: Minimum Forme 3

Food & Beverages Services 

Durée : 6 mois

Éligibilité : Ouvert à tous; Doit être âgé de 16 – 35 ans

Hydroponics Operations 

Entreprise: Sudesh Proag & Sons Agrow Ltd; Inotura Ltd; Grow Tropical Fruits Ltd

Training centre: FAREI

Durée : 5.5 mois

Éligibilité : Ouvert à tous; Doit être âgé de 16 – 35 ans

Multi-skilled Operators (Arc Welding, Electrical Systems, Air conditioning and Pneumatics & Hydraulics) 

Entreprise: Prince Industries Ltd

Training centre: MITD

Durée : 10 mois

Éligibilité : Minimum Forme 3

Essential Skills in Welding and Metal Fabrication 

Entreprise: Metal Concept Ltee

Centre de formation: MITD (MAHEBOURG)

Durée : 4 mois

Éligibilité : Ouvert à tous; Doit être âgé de 18 – 35 ans

Training in Housekeeping 

Durée : 4 mois

Éligibilité : Minimum Forme 3

Training for Cook 

Durée : 6 mois

Éligibilité : Minimum Forme 3