Les funérailles de Namish Kumar Bundhooa, 4 ans, plus connu comme Arav, ont eu lieu hier après-midi à Poste-de-Flacq. Plusieurs personnes sont venues lui rendre un dernier hommage et ont apporté leur soutien à la famille dans ce moment douloureux.

Sounayna Bundhooa, la mère du petit Arav, n’a pu contenir ses larmes au départ du cortège funèbre et s’est agenouillé à terre, meurtrie d’avoir perdu son fils de 4 ans. « Fer laprier. Bizin fer laprier », répétaient ceux à ses côtés, tentant en vain de la consoler.

Dimanche, Arav Bundhooa avait été renversé en face de sa maison, à Poste-de-Flacq, par la voiture conduite par son voisin, âgé de 52 ans. Le gamin était sorti de sa cour pour ramasser un volant de badminton tombé sur la route. L’autopsie pratiquée par le Dr Shaila Parsad Jankee a attribué le décès du garçonnet à un « shock due to multiple injuries », ayant subi des blessures internes surtout au niveau du poumon et des côtes. Ce qui pousse les proches de la victime à penser que le conducteur roulait vite.

Le quinquagénaire a, lui, démenti cette allégation à la police de Flacq au cours de son interrogatoire. Il a indiqué qu’il n’avait pas aperçu la victime dans la rue, étant donné qu’il y avait un autre véhicule en stationnement à côté de la maison d’Arav. Or, quand il était sorti de son véhicule, il aurait déclaré n’avoir pas aperçu le gamin à cause de sa taille. Ce n’est « qu’au dernier moment », dit-il, que l’enfant est apparu devant lui et il n’a ainsi pu éviter la collision. L’alcootest pratiqué sur lui s’est avéré négatif.

Du côté de la famille du garçonnet, la thèse de la négligence du chauffeur est évoquée avec insistance. « Ler li pe sorti pou al sers volan-la, enn loto inn vini full-vites inn bat ar li », indique une tante qui se trouvait sur place au moment des faits. « Misie ki ti pe kondir loto-la inn pran zanfan-la dan so lame e li’nn donn li dan lebra so papa ki ti’nn sorti dan lari. Li pa’inn mem propoz paran-la pou amenn zanfan-la lopital », soutient notre interlocutrice.

Ce sont les membres de la famille qui ont entamé des démarches pour conduire le petit à l’hôpital de Flacq. Selon ses proches, il était vivant et toujours conscient, et aucune blessure externe n’avait été décelée sur son corps. Le personnel soignant a compris qu’il souffrait de blessures internes. Namish Kumar Bundhooa a immédiatement été transféré à l’unité des soins intensifs et a succombé à ses blessures peu après.