Poursuivi par l’ICAC sous une charge de « Bribery of public official », un chauffeur de taxi a été reconnu coupable par la magistrate Renuka Dabee. Cette dernière a conclu que l’accusé n’a pas été sincère dans ses dépositions en cour et que ses déclarations à la police ne pouvaient être prises en considération. Il connaîtra sa sentence ultérieurement.
Le chauffeur de taxi avait été arrêté pour avoir tenté de soudoyer un constable de police dans l’exercice de ses fonctions. Les faits se sont produits le 6 novembre 2011. L’accusé, chauffeur de taxi, avait enfreint le code de la route en conduisant en sens inverse sur une route à sens unique. Il a été interpellé par un constable du poste de Pope Hennessy, qui en inspectant son véhicule et lui demandant ses papiers, a réalisé que l’accusé sentait l’alcool. Il lui a alors demandé de passer un alcootest. Le taximan a alors montré au constable un billet de Rs 200, lui disant « gard sa pou ou ». Le constable devait l’avertir pour son acte illégal, et le chauffeur devait s’enfuir en laissant le billet de Rs 200 et son permis de conduire. L’accusé a été rattrapé quelques jours plus tard et son identité a été confirmée par le constable lors d’un exercice d’identification.
Le chauffeur de taxi a nié avoir tenté de soudoyer le constable de police, ajoutant qu’il n’a pas fui mais qu’il avait une envie pressante. En outre, a-t-il soutenu, il avait peur d’effectuer un alcootest parce qu’il avait consommé de la bière ce jour-là.
Dans l’énoncé de son jugement, la magistrate Dabee a pris en compte les mots utilisés par l’accusé lorsqu’il avait remis la somme d’argent, concluant que le taximan voulait que le constable l’exempte de toutes contraventions contre une somme d’argent. De plus la magistrate estime que l’accusé a menti dans ses dépositions et que celles-ci ne pouvaient être retenues.