Depuis hier après-midi, les opérations de renflouage du vraquier battant pavillon panaméen Angel 1, avec à son bord 30 000 tonnes de riz et en difficulté sur les récifs de Poudre d’Or depuis bientôt deux semaines, ont abordé une nouvelle phase. La priorité de la cellule de crise sous l’égide du Prime Minister’s Office, soit le pompage du stock des 900 tonnes de mazout du cargo en détresse, a été mise à exécution. Depuis 16 h 23 hier et durant toute la nuit, les opérations de pompage d’huile lourde se sont déroulées sans aucun problème. C’est ce qu’a confirmé ce matin au Mauricien le QG de la National Coast Guard, qui assure la coordination des opérations sur la zone sinistrée en mer à moins de trois milles nautiques du village côtier.
« Les équipements installés sur l’Angel 1 et reliés au Bunker Barge Minorque ont commencé à fonctionner depuis hier après-midi. Nous n’avons aucun gros problème avec cette opération et il n’y a eu aucun risque d’oil spill », a-t-on fait comprendre. Dans la matinée d’hier, la principale difficulté pour le démarrage des opérations était liée à la fourniture d’énergie électrique à bord du MV Angel 1 pour embarquer à bord les générateurs ramenés de Port-Louis à bord du remorqueur, le Labourdonnais. Faute d’énergie électrique, les grues géantes à bord du vraquier ne pouvaient fonctionner. Par la suite, la difficulté a été résolue et les équipements nécessaires installés.
À la suite des concertations entre les différentes parties concernées, que ce soit des spécialistes de l’Environnement, du Directorate of Shipping et de l’équipe de Five Oceans Salvage de Grèce, la décision a été prise d’ajouter de nouveaux équipements, outre les générateurs et compresseurs, afin d’accélérer les opérations de pompage d’huile lourde des réservoirs d’Angel 1. Ces équipements supplémentaires ont été embarqués à bord d’une unité de la Mauritius Ports Authority (MPA) ce matin pour être dépêchés sur les lieux à la mi-journée. 
Le plan de travail établi par la cellule de crise du PMO, qui fait un monitoring systématique de l’évolution des opérations de renflouage du MV Angel 1, prévoit que le délestage du mazout devra être bouclé au plus tard vers la fin de la semaine. L’apport de nouveaux générateurs et compresseurs à bord du vraquier devra permettre de respecter cette première échéance. Avec le pompage de ces 900 tonnes d’huile dans les cales du Minorque d’une capacité d’un millier de tonnes, la principale préoccupation des autorités, soit des risques de catastrophe écologique en mer avec des fuites d’huile lourde, aura été éliminée.
À partir du prochain week-end, deux remorqueurs spécialisés, le Mahanuwara du Sri Lanka et le N’Dongeni du Mozambique, affrétés par le Five Oceans Salvage, entreront en opération pour désenclaver le MV Angel 1 des récifs de Poudre d’Or. Les spécialistes grecs en matière de renflouage de bateaux en détresse ont multiplié depuis le week-end dernier des contacts avec les autorités portuaires des pays riverains de l’océan Indien pour des équipements et la logistique nécessaires pour mener à terme le remorquage du MV Angel 1 de Poudre d’Or à Port-Louis pour d’importants travaux de réparation à la coque du cargo.
Les équipages de l’Helicopter Squadron de la police sont sollicités pour le transfert des techniciens de la Five Oceans Slavage ou encore des équipements à bord du MV Angel 1. Pour les besoins de ces différentes rotations au nord-est du pays, les autorités ont établi une base d’opérations héliportées temporaire sur le terrain de football de Belmont  pour réduire le temps du trajet jusqu’au vraquier drossé sur les récifs de Poudre d’Or. Les hélicoptères de la police sont en « stand-by » 24 heures sur 24 et sont prêts à intervenir de manière urgente.
« The police helicopters, which have flown in bad and marginal weather conditions, have so far carried 7,000 kilos of materials and equipment on board the ship, under slung below the helicopter. It may be highlighted that under-slung operations demand a very high level of skill in execution and the task made more difficult by lashing winds, rain and the very restricted ship deck of MV Angel 1. The equipment are dropped on the rear deck of the ship. It has other operational risks such as difficulty in recovering the helicopter with the load below it in case of an in-flight emergency », note un communiqué de presse émis par le QG de la NCG, qui se dit conscient qu’avec la houle sur l’Eastern Coastline du vraquier, l’utilisation des helicoptères reste le moyen le plus efficace pour le transfert des hommes et des équipements à bord du MV Angel 1.