Monique Dinan

Enfants victimes et auteurs de violence…

Violence entre adultes – entre époux, entre voisins, entre collègues…

Violence sur nos routes avec des conducteurs pressés et énervés…

Les titres de journaux se gargarisent, jour après jour, de ces accidents et de ces drames qui font des blessés et des morts… Une violence qui se multiplie en tragédies, lesquelles envoient trop de nos compatriotes dans nos prisons qui seront bientôt saturées. Une violence beaucoup plus dramatique que les méfaits du réchauffement climatique ou des déchets parsemés dans tous les coins du pays. Une violence qui s’installe dans les cœurs afin de blesser les corps.

Chaque humain violent se détruit lui-même car il se rend incapable d’un amour qui sait accepter l’autre avec ses différences… Il ne s’agit pas de crier « halte à la violence »  pour que cela diminue. Une des actions positives que nous, Mauriciens, pouvons mettre en train est de nous tourner vers Marie Reine de la Paix qui nous attend en cette année d’un anniversaire très spécial : 80 ans qu’elle a été intronisée dans notre pays pour lui demander de nous protéger des désastres de la violence et des guerres.

De toutes célébrations diocésaines qui se célébraient depuis 1940, il ne reste que la Messe des Malades. Bravo à ceux qui ont su maintenir cette mobilisation qui requiert tant de visites à domicile pour organiser ce pèlerinage qui est, pour beaucoup de ces malades, leur unique sortie annuelle.

Retrouvons l’importance des pèlerinages à Marie Reine de la Paix

Pour les adolescents pour qui cette journée peut influencer leur devenir et leur faire prendre conscience de l’importance de la prière pour savoir prendre le temps du discernement et de l’effort pour se construire un avenir stable.

Pour les couples qui viennent en famille pour demander à Marie de faire grandir leur amour et de bénir leurs enfants.

Pour le monde du travail avec des professionnels et des ouvriers qui se retrouvent ensemble dans une prière fraternelle pour confier à Marie leurs heures de travail et leurs familles.

Ce mois de février verra des célébrations religieuses de tous les groupes religieux du pays : messes pour la communauté chinoise dans diverses paroisses ; entrée en carême pour les chrétiens, célébrations hautes en couleur de Cavadee et de Maha Shivaratree. Des célébrations axées sur la pénitence, les mortifications, des marches épuisantes afin d’avoir plus de prières et de paix dans sa vie personnelle et familiale. Nous devons rester un peuple religieux qui sait l’importance de la prière et des sacrifices.

Organisations de visites paroissiales ou de Mouvements d’Action catholique

Que Marie Reine de la Paix ne soit plus ce lieu où la Vierge Marie reste solitaire et voit passer tant de trafics routiers. Certains ne prennent le temps de venir vers elle que pour prendre une photo ou admirer la vue d’en haut. D’autres jeunes y viennent pour faire une bonne partie de pétanque ou de foot sur une esplanade. Marie est une maman qui peut et qui veut nous aider, sachons nous organiser dans le but précis de lui rendre visite avec nos demandes et nos actions de grâce.

Les samedis matins ou dimanches après-midi, des bus spéciaux spécialement affrétés pourraient mener des groupes de paroissiens qui se sont organisés pour venir réciter un Rosaire ou prier ensemble lors d’une messe célébrée par leur curé.

Des familles pourraient aussi se donner rendez-vous pour un temps de prière lors d’un anniversaire de mariage ou avant le départ d’un des enfants pour ses études supérieures.

Le besoin d’un parking sécurisé que j’ai déjà évoqué dans le passé devrait aussi être résolu s’il y a une coordination entre le gouvernement et la municipalité.

Que les bienfaits de la visite du Pape François, qui a suscité en septembre dernier un superbe élan de mauricianisme et de ferveur, se prolongent. Réinventons en cette nouvelle décennie des célébrations priantes qui marqueront les cœurs et donneront un nouveau souffle au pays.