ELIÉZER FRANÇOIS

La chaîne de télévision nationale est devenue, sans nul doute, la ‘propriété’ du Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth. Il s’en sert à gogo; et chaque soir, durant environ un quart d’heure, cette chaîne de télévision nous bombarde avec des discours politiques, des coupures de ruban, des glorifications personnelles, des vaines redites et des « Je, Je, Je », ses « Moi, Moi, Moi ».

Le MSM, avec Pravind Kumar Jugnauth, a déjà commencé sa campagne électorale sur notre chaîne de télévision nationale, pour les prochaines élections générales qui auront lieu probablement en juin 2020, sauf une ‘catastrophe ferroviaire’ – un ‘déraillement’ du Metro Express.

Si tel est le cas, pourquoi l’Opposition parlementaire, se contente-t-elle de rester passive? se demande Lepep Admirab, qui entre-temps est devenu un vrai ‘Dindon de la farce’. En voici quelques-unes des raisons, répondrait Ecclésiaste, ‘Le Sage ‘, ou tout fin observateur de la politique locale:

1. Le PMSD, qui représente la principale opposition officielle au Parlement, est devenu une ‘Très Belle et Jolie Demoiselle’, dixit Adrien Duval.
Cette très belle et jolie demoiselle, Vierge? ou pas, se tient à la croisée des chemins pour attendre que passent les Beaux Gentilshommes. Et, selon Xavier-Luc Duval, le papa d’Adrien, la très belle et jolie demoiselle serait prête à s’offrir au plus offrant.
Pour Rappel: Xavier-Luc Duval et Pravind Kumar Jugnauth étaient ensemble ministres dans le gouvernement de Navin Ramgoolam quelques années de cela.
Après les élections de 2014, ils se sont retrouvés encore une fois ensemble dans le gouvernement de sir Anerood Jugnauth. Donc, la très belle et jolie demoiselle a de bonnes raisons d’attendre patiemment à la croisée des chemins. Car selon le dicton: « Jamais deux sans trois ».

2. Quant à Paul Raymond Bérenger, ce vieux renard de la politique locale, il a de bonnes raisons pour adopter une attitude passive à l’égard de celui qu’il avait surnommé « le p’tit crétin ». Il ne veut rien bousculer pour l’instant. Il garde un bon souvenir de la déclaration de sir Anerood à l’effet qu’une prochaine alliance électorale entre MSM et MMM n’est pas à écarter. Entre-temps, il passe son temps à mijoter. Mais, comme le renard dans la fable de La Fontaine, Bérenger cherche toujours les épaules d’un bouc pour y grimper.

Pour terminer cette petite analyse, je me permettrais de rappeler certaines vérités à Pravind Kumar Jugnauth, le Premier ministre, à propos de sa récente déclaration sur la Majorité/Minorité Ethnique.

Est-ce que notre Premier ministre sait que sir Anerood Jugnauth fut un des membres fondateurs du All Mauritius Hindu Congress dans les années 60, avant son adhésion à l’IFB de Sookdeo Bissoondoyal?

Ce parti politique de Sir Anerood Jugnauth, All Mauritius Hindu Congress, réclamait 52% en tout et pour tout pour la communauté hindoue. Dans la Fonction publique 52%; dans le Judiciaire 52%; à la Police 52%; dans le domaine de l’Éducation, la Santé, les Administrations régionales 52%…

Ce qui poussa Sir Abdool Razack Mohamed à réclamer des listes électorales séparées pour la communauté minoritaire musulmane.
Après les élections de 1963, un climat de peur, de méfiance et de haine s’installa partout dans le pays. Le pays était presque divisé en deux. D’un côté, la majorité hindoue, de l’autre côté, les Minorités: Créoles, Blancs, Musulmans, Chinois, Tamouls.
Grâce à la sagesse de Sir Seewoosagur Ramgoolam, grâce aux bonnes volontés et l’esprit de compromis de Sir Veerasamy Ringadoo, Sir Harold Walter, Sir Satcam Boolell, Sir Abdool Razack Mohamed, Sookdeo Bissoondoyal, Jules Koenig, Sir Gaëtan Duval, Raymond Devienne, Raymond Rivet, Cyril Leckning, Maurice Lesage, l’Île Maurice a pu sortir grandie, avec un système électoral garantissant les droits des Minorités – Le Best Loser System.

Comment Pravind Jugnauth, le Premier ministre de Maurice, ose venir dire aujourd’hui qu’il n’existe pas de Majorité ni de Minorité? Soit qu’il fait l’âne, soit qu’il ne veuille pas regarder la vérité en face.

Par ailleurs, voici ce que nous dit BANWELL:

« The Best Loser System is a method used in Mauritius to make sure that the minority ethnic groups are well and equitably represented in parliament »