Pieter Hendrick Gouws, un agent de sécurité sud-africain, et son complice mauricien Vomanen Arekin ont comparu devant les Assises dans le cadre du procès qui leur est intenté pour possession et trafic de drogue. Koumaren Arekin a indiqué qu’il retiendra les services d’un avocat à ses propres frais mais est toujours sans avocat. La cour lui a donné un peu de temps pour faire nécessaire. Il comparaîtra de nouveau devant les Assises le 26 novembre.
La cour a accordé du temps à l’accusé Vomanen Arekin afin qu’il puisse s’attacher les services d’un homme de loi. Il est poursuivi pour trafic de drogue d’une valeur de Rs 7,5 M, aux côtés du sud-africain Pieter Hendrick Gouws. Ce dernier, qui avait informé la cour qu’il n’avait pas les moyens de retenir les services d’un homme et loi, s’est vu attaché les services de Me Neelkanth Dulloo, commis d’office.
Le passeur Pieter Hendrick Gouws avait été arrêté à son arrivée à l’aéroport SSR en juin 2013 avec 500 g d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 7,5 millions. L’exercice de livraison surveillée, monté le lendemain, avait débouché sur l’arrestation de deux contacts locaux venus prendre livraison de la drogue. De par sa démarche suspecte, et suite à un “profiling” des enquêteurs de l’ADSU et de la douane, Pieter Andriand Hendrick Gouws, 42 ans, habitant Cape Town, avait été soumis à un interrogatoire serré et avait fini par avouer que, peu de temps avant d’embarquer pour Maurice à Cape Town, il avait avalé 71 “pellets” de drogue. Le Sud-Africain devait également dévoiler l’identité du ressortissant tanzanien qui l’avait approché pour transporter la drogue tout en donnant des indications sur les instructions à suivre en vue de prendre contact avec le destinataire de l’héroïne. Il avait ainsi été conduit dans un établissement hôtelier de la côte est. Après des échanges téléphoniques, deux ressortissants mauriciens – Vomanen Arekin, 34 ans, éboueur de son état, et Ivan Sadien, 27 ans, plombier, tous deux habitants Cité Mangalkhan – devaient se présenter comme prévu avant d’être immédiatement appréhendés par l’ADSU. Seul Vomanen Arekin fait face à des poursuites.