A huit jours de la reprise des travaux de l’Assemblée nationale, les premières indications par rapport au mood et au ton qui animeront l’hémicycle ont déjà fait surface. D’abord, les travaux se dérouleront dorénavant sous la supervision d’une femme-Clerk en la personne de Safeena Latun succédant à Ranjit Dowlutteea parti à la retraite, soit une première dans les annales parlementaires. La « Table » de l’Assemblée nationale sera presque exclusivement féminine car l’un des postes de Clerk Assistant est occupé par une autre femme Urmeelah Devi Ramchurn. A 24 heures de la limite pour la soumission des Parliamentary Questions par les députés de l’opposition en vue de la séance de mardi prochain, le secrétariat de l’Assemblée nationale est déjà en présence du gros de l’agenda du Prime Minister’s Question Time et du Question Time en général. Ainsi, le coup d’envoi de la tranche des interpellations parlementaires devra être donné par le Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, avec un dossier extrêmement litigieux et délicat, en l’occurrence la participation du Premier ministre, Navin Ramgoolam, au sommet du World Economic Forum à Davos.
Indépendamment du cocktail de PQs portant sur le scandale de l’écroulement de la Ring Road, de la DY Patil Medical College Saga, remettant en cause la réputation de Maurice en tant que Knowledge Hub, les visites de plus en plus fréquentes de Ségolène Royal, l’ancienne compagne du président français, François Hollande, l’attention sur l’échiquier politique demeure braquée sur l’étape du White Paper on Electoral Reform. L’échéance de la rentrée parlementaire, fixée par le Premier ministre et Leader of the House, Navin Ramgoolam, arrive à terme incessamment.
A ce matin, très peu d’indications étaient disponibles quant au calendrier de Navin Ramgoolam pour la publication de ce livre blanc pour enclencher la nouvelle étape dans le débat sur les options de réforme du système électoral. Certes, le Constitutional Case au sujet de la réforme, logé par Rezistans & Alternativ, sera appelé Pro Forma, jeudi, en Cour suprême avec le représentant du State Law Office attendu avec des précisions au sujet du calendrier de l’Etat à ce sujet.
Toutefois, l’intérêt majeur reste la date à laquelle le White Paper on Electoral Reform sera rendu public officiel. En ce début de semaine, l’entourage du Premier ministre indique que « tout est déjà prêt pour la publication du document dans les délais prévus ». Mais aucune des sources approchées n’a voulu apporter de précisions à ce chapitre.
D’autres supputent que le document sur les options de réforme constitutionnelle et électorale pourrait être présenté lors des délibérations du conseil des ministres de vendredi en guise de prologue à la présentation. Cette dernière étape pourrait intervenir lors d’un point de presse susceptible d’être convoqué au Treasury Building samedi matin. Enfin, des observateurs politiques aguerris soutiennent que le Premier ministre pourrait faire durer le suspense jusqu’à mardi prochain avec un Statement solennel du Premier ministre lors de la tranche du Statement Time à l’Assemblée.
Ce dernier choix aura pour effet de diluer les retombées de la première Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Paul Bérenger, à la rentrée, suite à un Automatic Shifting of Interest. Pour ce qui est de la teneur de la PNQ, il faudra s’attendre au début de la semaine pour en savoir plus. « So katora PNQ mari ranpli. Kapav dir pou ena anbara du swa. So mo dord : pa les nanyen sape », indique-t-on dans les rangs du MMM après la réunion du Politburo d’hier après-midi.
Rencontre Ramgoolam /Chidambaram
De ce fait, ce n’est nullement un hasard que le Prime Minister’s Question Time, mardi, sera ouvert compte tenu de la participation de Navin Ramgoolam au sommet de la dernière édition du World Economic Forum. Rajesh Bhagwan demandera au chef du gouvernement de révéler à la Chambre la composition de la délégation officielle, la durée et les dépenses encourues lors de cette mission de même que le montant payé par le gouvernement sous forme de Participation Fee.
Néanmoins, l’intérêt derrière cette interpellation parlementaire dépasse le simple cadre de Davos. Le député Bhagwan et d’autres éventuels intervenants de l’opposition comptent évoquer la déclaration rapportée par la MBC au sujet de la « rencontre » entre Navin Ramgoolam et le ministre indien des Finances, Chidambaram, au sujet du Double Anti-Avoidance Treaty avec l’Inde. Ils comptent s’appuyer sur la déclaration du ministre des Finances indien selon laquelle il n’y a pas eu de rencontre telle quelle pour tenter d’embarrasser le Leader of the House.
De son côté, le député du MMM Kavi Ramano s’intéresse à la présence régulière à Maurice de Ségolène Royal, ancienne candidate socialiste à la présidentielle en France et ex-compagne du président François Hollande. Ce député voudrait savoir si Ségolène Royal était l’hôte officielle du gouvernement à chacun de ses déplacements à Maurice et les dépenses encourues des fonds publics à cet effet.
Le scandale du DY Patil Medical College retient également l’attention de l’opposition avec des interpellations adressées aux ministres de l’Enseignement supérieur et de la Sécurité sociale, Rajesh Jeetah et Sheila Bappoo respectivement. Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, et la députée Leela Devi Dookun-Lutchoomun ont déposé des Parliamentary Questions quasiment similaires sur ce scandale.
Démission de Seetulsingh
Ces deux membres de l’opposition demanderont au ministre Jeetah de faire une déclaration sur les procédures suivies pour les permis d’opération alloués au DY Patil Medical College. Leela Devi Dookhun-Luchoomun s’intéresse aux mesures prises par les autorités compétentes en vue de s’assurer que les cours dispensés et l’infrastructure disponible à cette faculté de médecine, soient logés à l’hôpital Jawaharlal Nehru, soit de standard international avant le recrutement des étudiants en médecine.
Il faudra s’attendre à voir les interpellations subséquentes déborder sur les différentes enquêtes initiées par la Tertiary Education Commission (TEC), le Medical Council ou encore l’University of Technology Mauritius avec l’éclatement de ce scandale. Comme on le sait, le Fact Finding Committee de la TEC, confié à l’ancien juge Dhiraj Seetulsingh, a accouché d’un mort-né vu que ce dernier a confirmé sa démission pour des raisons de conflits d’intérêts. Un autre assesseur, le Dr Abdool, ancien directeur des Health Services au ministère de la Santé, pourrait également emboîter le pas à l’ancien Seetulsingh pour les mêmes raisons.
Le leader du MSM ciblera la ministre de la Sécurité, dont l’époux Raj Bappoo fait partie de la direction du DY Patil Medical College. Il s’intéresse aux conditions de location des espaces immobiliers de l’Altima Building pour des besoins de cette faculté de médecine. Il voudrait obtenir confirmation d’un exercice d’appel d’offres avant le choix de DY Patil Medical College, si des travaux de rénovation avaient été entrepris par le ministère de la Sécurité sociale, les coûts de ces travaux et les détails du contrat des travaux, dont la date de signature et les coûts.
Le député du MMM Raffick Sorefan reviendra à la charge sur le dossier de l’infrastructure publique, avec une interpellation adressée au vice-Premier ministre et ministre de tutelle, Anil Bachoo. Il réclame des précisions au sujet des travaux et du coût de construction de la Ring Road. Il voudrait savoir si des sanctions sont envisagées à l’encontre des responsables à son ministère, qui ont recommandé les paiements aux contracteurs de même que les mesures prises suite aux éboulements notés sur ce tronçon de route.
Les autres interpellations à l’ordre du jour des travaux de mardi prochain sont la réouverture d’une enquête policière à Rodrigues sur le meurtre en mer de huit personnes en mer il y a 25 ans (Veda Baloomoody), la mise à exécution du projet de la centrale thermique à charbon de CT Power à Albion (Rajesh Bhagwan), le nombre de délits enregistrés sous les dispositions de l’Information and Communications Technology Act pour usage abusif du téléphone cellulaire et autres internet (Satish Boolell), le scandale du Bagatelle Dam et les dépenses encourues pour des travaux au Pailles Treatment Plant (Joe Lesjongard), les dépenses encourues pour les célébrations marquant le 12-Mars et le walk-out de l’ambassadeur de Maurice en Malaisie, Prem Doonghoor, lors du Business Forum Maurice/Malaisie du 12 mars (Arianne Navarre-Marie) ou encore les cas de violence domestique (Lysie Ribot).