Avec l’imminence des vacances parlementaires de la fin de l’année et le comeback du Question Time à l’ordre du jour des travaux parlementaires de mardi prochain, l’opposition compte revenir sur des sujets de brûlante actualité en vue d’interpeller des membres du gouvernement. L’un de ces dossiers n’est nul autre que le suivi du rapport du Fact Finding Committee sur le cas de Rehana Ameer confié à l’ancien Senior Magistrate de la Cour intermédiaire, Denis Vellien. L’agenda de mardi prochain remettra les Administrations régionales, en particulier le renvoi des élections municipales « in the limelight » parlementaire avec les débats en seconde lecture de la version revue et corrigée du Local Government Bill (II) piloté par le ministre Hervé Aimée.
La prochaine séance parlementaire de mardi prochain interviendra à une étape délicate dans le bras de fer engagé par l’ex-présidente de la Mauritius Broadcasting Corporation Staff Association Rehana Ameer avec le directeur général de la MBC Dan Callikan au sujet de la réintégration de la première nommée à son poste à la MBC après le rapport Vellien. Rehana Ameer, Jane Ragoo et Jack Bizlall ont déjà signifié leur intention de mener une grève de la faim illimitée à compter du vendredi 9 décembre si les demandes de l’ancienne syndicaliste ne sont pas entretenues.
À l’Hôtel du gouvernement, les différentes options sont à l’étude en attendant le retour de la syndicaliste licenciée d’une conférence du Bureau international du Travail (BIT) au Togo. L’interpellation, ciblant le directeur général de la MBC, inscrite au nom du Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, devra permettre d’avoir des indications préliminaires sur la position que pourrait adopter le gouvernement à ce sujet.
Rajesh Bhagwan demandera au Premier ministre de révéler les termes et conditions de service contenus dans le contrat de Dan Callikan à la tête de la MBC, les différentes missions entreprises à l’étranger par le directeur général de la MBC, aussi bien que les dépenses relatives encourues. Le député du MMM voudrait également savoir si les autorités ont pris la décision d’adopter des sanctions contre les responsables de la MBC dénoncés dans le rapport du Fact Finding Committee présidé par Denis Vellien, notamment en ce qui concerne les relations industrielles tendues au sein de la corporation. Il voudrait également savoir si le Premier ministre envisage de ne pas procéder au renouvellement du contrat actuel de Dan Callikan à la tête de la MBC.
Toujours concernant la MBC, le même parlementaire de l’opposition s’intéresse aux conseils légaux, dont les services sont retenus par la MBC. Il demandera au Premier ministre de déposer sur la table de l’Assemblée nationale une liste de tous les hommes de loi ayant bénéficié de contrats à plein temps et à temps partiel de la MBC depuis juillet 2005 à ce jour. Les honoraires versés par la MBC à chacun de ces conseils légaux intéressent également le député du MMM.
Parmi les autres interpellations déposées au secrétariat de l’Assemblée nationale à hier après-midi, relevons les suivantes : les hauts gradés de la police affectés dans la région de Port-Louis (Veda Baloomoody), le sort réservé aux membres d’équipage du Ruang Lap No 8, bateau de pêche thaïlandais arraisonné pour pêche illégale dans les eaux mauriciennes depuis le mercredi 22 juin (Rajesh Bhagwan), les critères d’éligibilité pour l’enregistrement des médecins étrangers par le Medical Council (Satish Boolell), les compagnies bénéficiaires du crédit carbone sous le Clean Development Mechanism et le cas de Part-Time Lecturing par des officiers de la Tertiary Education Commission (Alan Ganoo), le cas des femmes et enfants en détresse (François Labelle), les dividendes versés par Mauritius Telecom au gouvernement au cours de ces dernières années et un éventuel Buy-Out de France-Telecom dans l’intérêt supérieur du pays (Kee Cheong Li Kwong Wing), les mesures de sécurité accrues avec l’approche de la période festive de la fin de l’année (Deven Nagalingum), les conseillers recrutés au ministère des Arts et de la Culture, aussi bien que leurs salaires et conditions de service (Josique Radegonde).