L’ouverture, hier après-midi, de la sixième Pravasi Bharatiya Divas Convention au Swami Vivekananda International Convention Centre a été l’occasion pour le Premier ministre, Navin Ramgoolam, de s’appesantir sur l’importance de l’Inde dans l’épanouissement de Maurice. Il n’a pas manqué de rappeler à l’intention des nombreux délégués présents que Maurice, de par son peuplement et de par sa position stratégique et géographique dans l’océan Indien, constitue « un véritable tremplin entre l’Asie et l’Afrique ». Cette convention, qui réunit quelque 800 délégués de la diaspora indienne venant de tous les coins du monde, est honorée de la présence du ministre indien Shri Valayar Ravi, responsable du portefeuille des Indiens d’Outre-Mer du gouvernement Manmohan Singh, et également du ministre du Tourisme du Bihar, Sunil Coomar. Cette cérémonie inaugurale, avec les séances plénières débutant ce matin, a été marquée par la présence de Veena Ramgoolam.
D’entrée de jeu, dans son discours officiel, le Premier ministre a mis l’accent sur l’importance des relations étroites entre l’Inde et Maurice. « Certains parmi vous, qui visitent le pays pour la première fois, auront constaté comment le peuplement de Maurice s’est fait à partir de plusieurs diasporas venant des plus grandes civilisations du monde, et également la situation stratégique dans cette partie de l’océan Indien. As such, Mauritius is the obvious bridge between Asia and Africa », a-t-il déclaré en substance.
Navin Ramgoolam s’est félicité de la « special relationship with India », en rappelant que depuis l’accession de Maurice à l’indépendance, il y aura bientôt 45 ans, presque tous ceux qui ont occupé des fonctions de Premier ministre et de président de la République en Inde, ont effectué des visites officielles à Maurice. « Ils ont conquis le coeur de tous les Mauriciens indistinctement », a-t-il poursuivi, en ajoutant qu’au fil des années, ces liens de fraternité et d’amitié se sont raffermis.
Abordant la Pravasi Bharatiya Divas Convention, dont la sixième édition se déroule à Maurice, le Premier ministre a soutenu qu’elle représente une véritable plate-forme pour réunir l’Inde à la diaspora indienne disséminée aux quatre coins du monde. Tout en faisant état de sa participation à l’édition 2008 de la Pravasi Bharatiya Divas à New Delhi et à la réception de la plus haute distinction, le Samaan Award, il s’est engagé « down memory lane » pour remettre dans la perspective historique le départ de plus d’un million d’Indentured Indian Labourers vers d’autres régions du monde.
« The Indian diapsora grew. The physical distance (from India) became a psychological alienation », poursuit Navin Ramgoolam, qui maintient que « nous ne devrons jamais oublier la contribution des travailleurs engagés dans le développement du pays, de même que celles de nos ancêtres venus d’Afrique et de Chine, entre autres ». « We owe (the economic success of Mauritius) to the toil and sacrifice of our forefathers. »
« India never abandons her sons and daughters », ajoute le Premier ministre, qui fait état des initiatives et des mouvements en vue de réclamer de meilleures conditions et de meilleurs traitements pour les travailleurs indiens engagés dans le monde et à Maurice, avec le passage du Mahatma Gandhi à Maurice, en 1901, et de Manilal Doctor.
« Nous serons toujours reconnaissants à l’égard de l’Inde pour tout ce que ce pays a fait », fait ressortir Navin Ramgoolam, confirmant que la diaspora indienne représente plus de 25 millions de personnes dans au moins 110 pays dans le monde. « Ils ont toujours su s’adapter aux conditions des plus difficiles et relever les défis qui se sont dressés sur leur route. Ils ont toujours su faire preuve de tolérance et de force intérieure pour faire face à l’adversité », dit-il.
Le Premier ministre croit que la diaspora indienne doit dépasser le simple cadre des investissements en Inde et de l’Inde pour concrétiser « the core element of the Pravasi Bharatiya Divas, which is reconnecting communities ». A ce stade de son intervention, il fait un appel pour qu’une importance accrue soit attachée à la jeunesse de l’Inde et celle de la diaspora. « Il faudra promouvoir et encourager des échanges entre les jeunes pour leur propre épanouissement. Ces échanges permettront de tisser des liens encore plus solides pour des alliances stratégiques et novatrices », fait-il comprendre.
Navin Ramgoolam, qui est d’avis que le Pravasi Bharatiya Divas représente « the transnational space for Indianness to assert its place in the world », trouve que deux facteurs majeurs ont contribué au resserrement des liens entre l’Inde et la diaspora, soit « Rising India », l’essor économique que connaît ce pays depuis plusieurs années déjà, et Pravasi Bharatiya Divas. Il a aussi évoqué le développement dans le secteur des « ICT and the global reach » comme un des moyens facilitant le rayonnement de la diaspora indienne.
En fin de semaine, plus de 250 délégués de la diaspora indienne ont participé à l’India-Mauritius Business Round Table, organisée par l’Overseas India Facilitation Centre (OIFC) en association avec le gouvernement indien et mauricien. Cette table ronde a permis de présenter à la diaspora indienne à travers le monde, les possibilités d’investissement en Inde, à Maurice et en Afrique. Plus d’une vingtaine de présentations ont été faites par des hommes d’affaires indiens, mauriciens et ainsi que des organismes pour la promotion sur des thèmes tels que la santé, les services financiers et bancaires, l’énergie, l’éducation entre autres.
Le secteur financier était un des secteurs prioritaires, avec une intervention d’Afsar Ebrahim, Deputy Group Managing Partner de la firme d’expert-comptable BDO. Il a fait ressortir que Maurice est un maillon important pour emmener de la valeur ajoutée dans les investissements indiens vers l’Afrique. « Maurice offre bien plus qu’un faible taux d’imposition fiscale. Avec notre connaissance de l’Afrique, nous avons des professionnels de qualité et expérimentés qui peuvent répondre aux besoins croissants de l’Inde en Afrique », a-t-il déclaré.
De son côté, Jocelyn Kwok, Chief Executive Officer de l’Association des Hôtels et Restaurants de l’Île Maurice (AHRIM), a parlé de l’Inde comme un marché touristique porteur. « L’investissement dans le tourisme est considérable. Le nombre de vols de Mumbai, Chennai ou de Bangalore nous permet de toucher le marché indien. Maurice est de plus en plus demandé pour des services de conférences ou des mariages indiens glamour. Il y a définitivement une volonté de développer l’investissement dans ce secteur », ajoute-t-il.
Maurice est un ‘role model’  pour les pays en développement , a déclaré Vayalar Ravi
Prenant la parole après Navin Ramgoolam, Vayalar Ravi, ministre indien des Affaires d’Outre-mer, a eu des mots élogieux pour le gouvernement mauricien pour avoir su assurer le succès de cette conférence. « Le Pravasi Bharatiya Divas, a-t-il dit, est une plateforme qui relie les 27 millions de personnes de la diaspora indienne à travers le monde. » Il a ainsi invité les Mauriciens à assister au Pravasi Bharatiya Divas qui se tiendra du 7 au 9 janvier 2013 à Kochi, dans l’État du Kerala, en Inde. « Maurice, a-t-il ajouté, est un role model pour tous les pays en développement. » Il a également repris une phrase du Premier ministre indien, Manmohan Sing : « Keep a place in your heart for India ».  Valayar Ravi a d’autre part évoqué sa rencontre avec les membres de la diaspora indienne de La Réunion, et leur rappel de certains problèmes quant à l’octroi de la PIO (People of Indian Origoin) Card à ces derniers.
Le ministre des Arts et de la Culture, Mookhesswur Choonee, a, dans son discours, affirmé que sir Seewoosagur Ramgoolam a été le « first PIO Prime Minister qui a transformé le Chota Bharat en un pays moderne ». Il a évoqué l’intérêt du Mahatma Gandhi pour Maurice, et la création des différentes Speaking Unions. Il a rappelé que l’Aapravasi Ghat, porte de débarquement des travailleurs engagés indiens dans l’île, fait aujourd’hui partie du patrimoine mondial de l’humanité.
Le haut-commissaire de l’Inde à Maurice, T.P. Seetharam, a de son côté indiqué que le Pravasi Bharatiya Divas a « dépassé les espérances », compte tenu de l’engouement démontré par les Mauriciens pour assister à cette conférence.
Navin Ramgoolam et son épouse Veena ont quitté les lieux après le spectacle de Kathakali et Mohiniyattan, donné par les artistes du Kerala. Le leader de l’Opposition, Paul Bérenger, ainsi que de nombreux ministres, ont également assisté hier soir à l’ouverture de ce mini Pravasi Bharatiya Divas.
V.S.