« Nou accepter ki nou eli par vote Travailliste ek PMSD, mais zot: zot pas ine elire ek vote MSM? Zot dir nou rane zot vote, be zotsi zot bizin rane vote. Mo lans enn defi. L’Allians de l’avenir inn kassé, inn trahir, mais peu importe, retourn pouvoir dan lame lepep. Laiss lepep decidé, laiss lepep soisir« . Tels sont les propos du leader du MSM, Pravind Jugnauth. Il s’adressait à une salle pleine à craquer, lors de la réunion des délégués. Une occasion pour le leader du partie soleil de rassurer et de mobiliser ses partisans en vue de la campagne d’explication qui débutera bientôt.
C’est un Pravind Jugnauth « zélé » qui s’est adressé à ses délégués des 20 circonscriptions de l’île, hier après-midi, au Sun Trust Building. Le leader du MSM n’a pas maché ses mots envers Navin Ramgoolam, accusé d’être l’auteur de toutes les misères du MSM. Si, à ce stade, Pravind Jugnauth ne parle pas ouvertement d’alliance avec le MMM, son discours tend à faire croire que tout va en ce sens. 
« Monn travay ek 3 prémier minis. De 2000 à 2005, avec Sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger (applaudissements de l’audience). Zamai mo na pa inn critique période 2000-2005. Au contraire, plusieurs fois mone fer référence« , dit-il. Revenant sur les récentes rencontres ayant eu lieu avec Paul Bérenger, leader du MMM, Pravind Jugnauth dit ouvertement partager beaucoup de points communs avec le MMM. « Navin ena raison, nou pena meme culture mais culture MSM ek MMM bien ressembler. Oui, nou ti ale lotel gouvernement ek Navin mai inn gagne buku maltraité. Sa fois la osi, nou pou reale lotel gouvernement. Fer moi konfians. Mo inn touzour dir ki nou pou ale ver enn bon port, cet fois-là, nou pou ale ver enn meyer port. Ek malgré bann béquilles ki Ptr inn asté, se enn gouvenement kot zot zours comptés. MSM get pays avan tou. Nou pou rebondi et nou pou pli fort ki zamai », martèle Pravind Jugnauth. 
Dès le début de son discours, de presque 50 minutes, le leader du MSM est revenu sur la raison de son départ de l’Alliance de l’Avenir. La situation, dit-il, était invivable, voire irrespirable de par le traitement dont il bénéficiait. « Si feu Angidi Chettiar qualifiait Navin Ramgoolam de lent, azordi mo dir ki li mari lent« , tonne-t-il. Revenant sur les raisons politiques avancées, lors de leur départ de l’Alliance de l’Avenir, notamment le retard accumulé par l’absence de promotion au sein de la force policière, la non-désignation des ambassadeurs dans plusieurs pays et la non-nomination des institutions dont la Financial Services Commission, le Mauritius Duty-Free Paradise Island ou encore l’absence d’un responsable à la direction du CEB, de la CWA, de la Tourism Authority, Pravind Jugnauth va plus loin en citant en exemple son boycott, lors de la fonction officielle du gouvernement, à l’occasion de la journée de la Femme pour démontrer l’esprit machiavélique qui anime Navin Ramgoolam. 
Critiquant plusieurs députés dont les ministres du Ptr Travailliste, Pravind Jugnauth a rappelé que l’esprit d’équipe n’a jamais prédominé au sein de cette alliance. Il a, dit-il, conclu que Navin Ramgoolam était non seulement derrière les discordes mais qu’il a tout fait pour les amplifier. « Tou le temps ki ti ena enn problem, mo ti toujour expose li ek Navin. A chak fois, li pou gete meme, pe fer meme, to ena raison mais 15 mois apre narnien mem », tonne-t-il. « Zot kapav demande zot kifer ki mo dir tousala aster la et pas avan? Monn manze mo coup, kuma nou dir. Mo rekonet ki nou ti minis mé lipieds lamés atassé ». Nou pa fine demissioner acoz zot, bann soldats, bann militants MSM. Oui nou ti dan pouvoir, nou ti ena l’honneur mais nou pas atasé ek tout sa la. Nou ine fer maximum pou tini, mais pane kapav. » D’ailleurs, dit-il :« Pou mo discours du 1er Mai, mo ti fer appel pou plis solidarité dans gouvernement, montrer responsabilité, consideration ek dignité avan pouvoir. Nou nou ti ena enn contrat ek lepep pou travay. Pane get kisana rouge, kisana bleu. Nou ti enn sel lekip. Nou ti travay dan discipline, solidarité pou implémente projet gouvernement ek mett lordre kot bizin« . 
Répondant aux critiques de Xavier Duval selon lesquelles il n’y a eu aucun ministre des Finances ces 15 derniers mois, Pravind Jugnauth contre attaque en lui rappelant les félicitations qu’il lui avait adressées, lors de son premier budget. 
Les deux démissionnaires du MSM aujourd’hui ministres, Jim Seetaram et Mirelle Martin, n’ont pas, non plus, échappé aux critiques. Selon Pravind Jugnauth, Jim Seetaram a basculé dans l’autre camp uniquement par intérêt. Quant à Mirelle Martin, Pravind Jugnauth la qualifie de « vendue« . 
Au chapitre de MedPoint, le leader du MSM est revenu sur les critiques essuyées par Nita Deerpalsingh et Sayed Cader Hossen lorsque l’affaire a éclaté. Tirant à boulets rouges, une fois de plus, sur l’ICAC, Pravind Junauth réaffirme son incompréhension, suite au propos tenus par Navin Ramgoolam sur la teneur du « statement » de Paul Bérenger. « Monn tane dir l’ICAC pas get figir, kifer eski pann convoque sa deux minis kont ki ena prima facie case? », fulmine-t-il. Poursuivant dans un même souffle: « Nou fer konsfians la justice. Nou gete sa bane minis concernés la, ziska kan pou kasiete? La vérité na pas pou kasiet ». 
Pravind Jugnauth a conclu en donnant la garantie à la foule que le MSM ira, une fois de plus, en bataille. « Zot bizin ress mobilisé. Bizin ress lor terrain. Nou ena enn campagne d’explciation ki bizin fer. Rendez-vous dan bann congrès ». 
Prenant auparavant la parole, le président du parti, Sowkatally Soodhun est revenu sur le bilan du MSM, en citant en exemple les réalisation de Sir Anerood Jugnauth. Nando Bodha a, lui, rendu une ébauche du calendrier d’activités pour la campagne d’explication et les régionaux qui débuteront incessamment.