Le MSM persiste dans l’affaire des terres de Didier Maingard à La Mivoie, Tamarin. Ce dernier, selon Pravind Jugnauth, le leader du parti, aurait bénéficié du soutien du Premier ministre, Navin Ramgoolam, pour le projet de développement du terrain, alors que celui-ci n’est pas situé dans une zone de développement économique. Il ajoute, par ailleurs, qu’il n’avait jamais appuyé d’une façon ou d’une autre la demande de Didier Maingard alors qu’il occupait le portefeuille des Finances. « Le gouvernement a envoyé une communication au Conseil de District de Rivière-Noire pour permettre à Didier Maingard de développer son terrain ! » affirmait Pravind Jugnauth, hier au siège du parti au Sun Trust Building.
Pravind Jugnauth, qui animait la conférence de presse du MSM, s’est longuement attardé sur cette affaire de reclassification de terrain. Les terres d’une superficie de 291 arpents sont la propriété de l’homme d’affaires Didier Maingard, lequel a aussi vendu un domaine au coût de Rs 30 M à l’activiste rouge Nandanee Soornack. Selon Pravind Jugnauth, après avoir formulé de nombreuses demandes pour inclure ses terres dans les limites de développement autorisé, Didier Maingard aurait, indéniablement, obtenu les faveurs de Navin Ramgoolam. Faisant la chronologie des requêtes de Didier Maingard à partir de 1999, Pravind Jugnauth, a rappelé qu’à chaque reprise, et ce jusqu’à 2011, les demandes de l’homme d’affaires ont été systématiquement rejetées. De plus, a avancé Pravind Jugnauth, la modification significative de l’Outline Planning Scheme for Black River, en 2006, a établi des politiques claires en matière de développement stratégique. Citant les sections 3 et SD4 de l’Outline Planning Scheme for Black River, le leader du MSM a fait remarquer « qu’il était normal, à l’époque, que la demande de M. Maingard soit rejetée, malgré ses arguments socio-économiques, sinon tous les morcellements seraient tombés dans cette catégorie. »
Toutefois, toujours selon le leader du MSM, en 2009, « li paret ki bann relasyon inpe spesyal inn devlope ant Misye Maingard ek Navin Ramgoolam ». Ainsi, en 2011, l’homme d’affaires, qui aurait relancé sa demande, aurait pris la précaution de « pa demann inclir so teren « within settlement boundaries » me met de lavan ki so proze devlopman ena « significant socio-economic components » byen an liyn ek modifikasyon mazer ki ti fer an 2006. So proze se enn « morcellement for high class residential project ». »