« L’exercice d’Errors and Omission ne peut être mené par un étranger. Le mieux placé est Vijay Appanah », a soutenu la Congress of Independent Trade Unions (CITU) hier lors d’un point de presse à Port-Louis. Cet exercice, qualifié de deuxième chance par la CITU, doit être saisi par les syndicalistes afin de rectifier le tir. Contrairement aux autres syndicats de l’île, la CITU s’oppose à ce que le rapport soit brûlé devant les locaux du PRB, estimant que des négociations seront plus bénéfiques.
« Bann syndikalis bizin vinn avek enn zafer konkre kan zot pou depoze pou Errors and Omission. Na pa kapav less enn sans pou sanz kitsoz pase. Si pe gagn lokazion pou negosie bizin sezi li », a soutenu Vinod Seegum de la CITU lors d’un point de presse hier à Port-Louis. Un professionnel indépendant serait, selon la confédération, le mieux placé pour revoir les manquements. « Vijay Appanah, l’ancien directeur du PRB, kapav fer travay-la li mem. Nou ena konfians dan li », a déclaré la CITU. Et de renchérir : « Si bizin pey etranze pou fer travay-la, li pou pran tro boukou letan. Ek sirtou li pou kout boukou kass. »
Suraj Ray, président de la CITU, a par ailleurs souligné que la nouvelle date pour l’exercice d’Errors and Omission démontre que le gouvernement reconnaît les lacunes du rapport. S’appuyant sur les textes de loi, Vinod Seegum a également lancé un message aux syndicalistes de l’île : « Si le 28 fevrie pa finn ena koreksion pou PRB, pa pou kapav fer nanie. »
Revenant sur les propositions du « nonsense report » du PRB, la CITU a déclaré que « le rapport crée davantage d’inégalités et appauvrit la population. Le fossé a grandi de même que les frustrations et les méfiances. Il est inconcevable que les personnes au bas de l’échelle obtiennent un taux de 4 % et de 6 % », explique Suraj Ray.
La publication du rapport du
National Remuneration Board (NRB) a également été au centre de ce point de presse. Réclamant la publication « régulière » du NRB, M. Ray estime que cela est une suite logique au rapport du PRB. « Dernie fwa ki finn ena enn rapor ti an 2008 », a-t-il mentionné.
Déplorant le salaire dérisoire que perçoivent certains, la CITU juge que la publication du NRB devrait se faire dans les plus brefs délais. Cela afin d’enrayer la frustration qui anime de nombreux Mauriciens. « Sa rapor-la ti bizin piblie osi souvan ki rapor PRB piblie », soutient-il. Cet exercice permettra d’éliminer la disparité des salaires qui existe et harmonisera les classes des travailleurs.
Concernant le Decent Work Country Programme (DWCP), la confédération a fait un appel pour que la signature du document se fasse dans les meilleurs délais. Abordant la réforme électorale, la CITU rappelle que la priorité du pays devrait être les élections municipales ou l’arrêt du gaspillage dans le service public.