Le Premier ministre a reconnu hier la nécessité de choisir une personne indépendante pour se pencher sur les “errors and omissions” et les anomalies relevées dans les recommandations du rapport du PRB. S’adressant à la presse à l’issue d’une rencontre de quelque 90 minutes avec les représentants syndicaux, Navin Ramgoolam s’est réjoui que ces derniers se soient montrés « raisonnables ». Il a annoncé l’extension du délai pour la soumission de l’option form par les fonctionnaires. De leur côté, les représentants syndicaux se sont déclarés satisfaits de l’attitude positive du Premier ministre mais ont insisté sur la démission du directeur du PRB, Mohun Parsad Aujayeb.
« Nous avons eu une bonne rencontre. Les représentants syndicaux ont exprimé leurs doléances. Ils ont été très raisonnables. Ce qui me réjouit le plus est qu’ils réalisent la contrainte économique », a déclaré le Premier ministre qui s’adressait à la presse en présence du ministre de la Fonction publique, Suttyhudeo Mootia. Il a fait comprendre que le gouvernement ne dispose pas de fonds illimités et que les Rs 4,6 milliards consacrées aux paiements des recommandations seront payées intégralement d’un seul coup, « comme cela a été le cas en 2008 ». « Ce que n’avait pas fait le gouvernement en 2003 alors qu’il n’y avait pas de récession économique », a-t-il ajouté.
Pour le PM, les représentants syndicaux ont été « raisonnables ». « Il y a des protestations qui paraissent justifiées. J’ai donc décidé de demander une extension du délai pour la soumission de l’option form. Je pense que l’option form devrait être accompagnée d’une lettre circulaire pour savoir ce qu’ils signent exactement. Nous nous pencherons non seulement sur les “errors and omissions” mais également sur les anomalies. Nous le ferons le plus vite possible. J’ai également été en contact avec le Chef commissaire de Rodrigues qui a expliqué les problèmes qui se posent au niveau de l’administration de l’île. Nous prendrons également cela en considération ».
En réponse à des questions de la presse, le Premier ministre a indiqué qu’une lettre circulaire sortira lundi mais n’a pas précisé la durée de l’extension du délai. « Je veux faire les choses rapidement. Le PRB est censé publier son rapport tous les cinq ans. Le précédent rapport a été publié en juillet 2008 et le dernier aurait dû être publié en juillet 2013. Nous avons voulu aller vite et avons décidé de le payer en intégralité ».
Navin Ramgoolam s’est dit d’avis qu’il faut qu’une personne indépendante se penche sur les errors and omissions.
S’agissant de l’augmentation intérimaire, il a indiqué qu’aucune décision n’a été prise. « C’est la raison pour laquelle nous voulons que les choses se fassent rapidement ».
Manif maintenue
Du côté de la plate-forme commune anti-PRB, on affiche la satisfaction quant à la position adoptée par le Premier ministre hier. Dans une première réaction à chaud au Treasury Building, Naraindranath Gopee, président de la Fédération des Syndicats du Service Civil, a soutenu que le roadmap de l’après-PRB est en bonne voie. « Nous avons remarqué que Navin Ramgoolam est sur la même longueur d’onde que nous. Il a jugé que nos propositions sont très rationnelles et logiques, surtout que nous sommes venus à cette rencontre avec des chiffres. Le Premier ministre a pris des engagements pour revoir le rapport du PRB 2013 le plus vite possible, donc nous souhaitons vivement que tout se fasse dans les meilleurs délais. À ce stade nous affichons la satisfaction et nous allons dans une très bonne direction », dit-il.
Après les développements survenus hier, la plateforme a établi un calendrier de travail pour la semaine prochaine, avec une réunion des délégués d’ores et déjà fixée pour mardi. « Nous devons transmettre les mesures qui ressortent de cette rencontre avec le Premier ministre à nos délégués, qui nous ont donné leur support dès le départ », poursuit le président de la FSSC.
Pour leur part, les syndicats engagés dans le secteur primaire de l’Éducation ont maintenu la revendication de rue de ce matin à Port-Louis en dépit des retombées positives de la rencontre d’hier. « Nou manifestation stand good ! Le Premier ministre Navin Ramgoolam a fait comprendre qu’il pensait comme moi et que nous sommes sur la même longueur d’onde. C’est-à-dire qu’il est d’avis que le salaire des instituteurs doit être aligné à celui des enseignants du secondaire. Non seulement nous avons le soutien du ministre de l’Éducation mais maintenant nous bénéficions de celui du Premier ministre. Nous souhaitons que cela pèse dans la balance. Donc nous lançons un ultime appel aux enseignants pour qu’ils descendent dans la rue, pena pou per ! » a soutenu Vinod Seegum, président de la Government Teachers’ Union, après la rencontre avec le PM.