Parents, amis et voisins venus partager le bonheur de Richarno Colin, lundi soir à Plaisance

En sortant de l’aérogare, lundi soir, Richarno Colin a le triomphe modeste. Rien que le poing levé, et tout de suite les accolades et embrassades de ceux venus accueillir le premier sportif mauricien qualifié dans le cadre des Jeux Olympiques de Tokyo. Au fait, les parents, proches et autres voisins de la région d’Henrietta, de même qu’Indiren Ramsamy, président de la fédération locale, avaient voulu marquer à leur façon le retour du boxeur de la catégorie -63 kg qui s’est montré à la hauteur des attentes placées en lui lors du tournoi qualificatif tenu au Sénégal et qui est revenu au pays avec une médaille d’argent autour du cou. Ses coéquipiers Merven Clair et Jean-Luc Rosalba, malchanceux cette fois, espèrent de leur côté se retrouver dans le bon wagon lors de la dernière échéance qualificative prévue à Paris en mai prochain.

Alors qu’il serre dans ses bras son benjamin, Junior, Richarno Colin demeure conscient qu’il a été exact au rendez-vous. « J’avais abordé cette compétition avec la volonté d’atteindre mon objectif et avec la motivation de réussir. Je n’avais pas droit à l’erreur et j’ai montre d’un maximum de concentration et de force morale pour réussir ». Il évoque également les larmes de joie versées à l’issue de sa victoire en demi-finales, synonyme de qualification olympique. « J’ai alors pensé au Créateur et à tous les sacrifieces encourus, d’autant que cette compétition se trouvait être relevée ». L’aîné des frères Colin ne place cependant sa défaite en finale face au Namibien Jonas Jonas sur le compte de la déception. « J’étais crispé et j’ai tardé à entrer dans le combat. De plus, la stratégie mise en place n’a pu être appliquée, alors que Jonas se trouve être un boxeur longiligne et possède un style bien à lui ».

Quoi qu’il en soit, Richarno Colin compte aborder sa troisième participation aux Jeux Olympiques avec toute la détermination voulue, fort du soutien des membres du staff technique, de ceux de la fédération locale, du Ministère de l’Automisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, du Comité Olympique Mauricie, du Mauritius Sports Council et de son commanditaire, Phoenix Beverages. Ce que confirme d’ailleurs, le Directeur Technique National, Roberto Ibanez. « La préparation devra continuer avec encore plus d’assiduité. Nous en discuterons avec les autres membres du staff technique et ceux de la fédération. Toujours est-il que Richarno a évolué selon nos prévisions. Un qualifié olympique, c’est bien, mais il est dommage que Merven ait manqué de concentration ». Donné favori de sa catégorie, soit celle des -69 kg, Merven Clair n’a donc pu franchir le cap des quarts de finale. « J’étais vraiment très triste, mais mes coéquipiers ont su me remonter le moral. Je possède encore une chance de qualification et je compte la jouer à fond ». Selon lui, il se sentait prêt à continuer le combat, mais l’arbitre en avait décidé autrement. « J’étais surpris et frustré de cette décision, mais tout cela fait partie de la vie d’un boxeur », lance-t-il.

Quant à Jean-Luc Rosalba, il soutient avoir vécu une belle expérience. « Certes, je suis déçu, mais tous les boxeurs engagés voulaient obtenir la qualification. Je suis d’ailleurs tombé face au médaillé d’or ». Selon lui, sa participation au tournoi qualificatif à Paris dépend de la décision des membres du staff technique. Alors que l’aérogare retrouve sa quiétude, après avoir vibré au son des ravannes, toute la famille Colin s’apprête à regagner son domicile. John, le frère cadet, médaillé d’or aux derniers Jeux des îles, se dit heureux de l’accueil réservé à son aîné. « Tous les parents et voisins ont voulu partager son bonheur. Au vu de sa prestation au Sénégal, j’estime qu’il pourra aspirer au podium à Tokyo ». Son voeu pourra-t-il se réaliser ?


Les différents qualifiés

Catégorie -52 kg : Mohamed Flissi (Algérie), Patrick Chunyemba (Zambie) et Sulemanu Tetteh (Ghana)

-57 kg : Everisto Mulenga (Zambie), Nick Okoth (Kenya) et Samuel Takyi (Ghana)

-63 kg : Jonas Jonas (Namibie), Richarno Colin (Maurice) et Abdelhaq Nadir (Maroc)

-69 kg : Albert Mengue (Cameroun), Stephen Zimba (Zambie) et Shadiri Bwogi (Ouganda)

-75 kg : Younes Nemouchi (Algérie), David Tshama (République Démocratique du Congo) et Wilfried Ntsengue (Cameroun)

-81 kg : Abdelrahman Oraby (Egypte), Mohamed Houmri (Algérie) et Mohamed Assaghir (Maroc)

-91 kg : Youness Baalia (Maroc) et Abdelhafid Benchabla (Algérie)

+91 kg : Yegnong Njieyo (Cameroun) et Chouaib Bouloudinats (Algérie)