Les deux nouveaux prêtres et les cinq diacres qui ont fait leur entrée hier au sein du clergé anglican ont été chaleureusement applaudis après leur ordination qui a eu lieu lors d’une messe à Christ Church à Mahébourg. Le fait nouveau dans l’événement d’hier pour l’Église anglicane est l’introduction de la fonction du « Diaconat permanent » et la présence de deux femmes parmi les cinq diacres.
« Nous nous réjouissons car un tabou est brisé », s’est exclamé hier Mgr Ian Ernest, l’évêque de Maurice, dans son homélie. « Cette célébration d’ordination au Diaconat permanent et à la prêtrise vient démontrer que Dieu appelle et choisit une personne indépendamment de son statut social, de son éducation et de son sexe », affirme-t-il.
Cette célébration d’ordination avec un ton joyeux d’un bout à l’autre et qui était soutenue par une belle chorale, a duré plus de deux heures. Les deux nouveaux prêtres (Rev Norman Crétin et Rev Bryan Pyle) et les cinq diacres (Lola Lavenerable, Marilyn Cadet, Guy Ramen, Jacques L’Espérance et Daniel Maurice) avaient choisi pour thème de cette cérémonie pour leur investiture à ces fonctions ecclésiales « Unis dans la foi pour servir, devenons des pêcheurs d’hommes ». Outre les fidèles anglicans venus en grand nombre de toutes les régions du pays, le ministre de l’Égalité des Genres et celui de l’Education se trouvaient parmi les invités du diocèse anglican.
Mgr Ian Ernest a fait un rappel des résolutions prises par le diocèse anglican il y a déjà plusieurs années au niveau local et au niveau de la Province anglicane de l’océan Indien et qui ont abouti à l’accès au Diaconat permanent et à l’ordination des premières femmes à une telle fonction. Mgr Ernest était visiblement ému hier devant la concrétisation de ces deux projets qui ont selon lui une portée historique tant dans la vie du diocèse anglican que pour le pays. S’il est vrai qu’il est de plus en question aujourd’hui de l’égalité des genres, le chef de l’Église a tenu à préciser que la décision d’associer les femmes aux fonctions importantes au sein de l’Église anglicane ne « répond pas à une tendance ». « Ce n’est pas une tendance, ce n’est pas un mode de vie que notre diocèse adopte aujourd’hui mais c’est une réponse à l’appel de Dieu. Ces décisions sont enracinées dans l’oeuvre du Saint-Esprit et elles sont au diapason de la vision que Dieu a pour notre diocèse, c’est-à-dire, élargir l’espace de la tente ». L’objectif du Diaconat, a-t-il expliqué, est de « valoriser davantage l’esprit de service au sein de la communauté » et de ce fait, permettre au diocèse anglican de répondre avec plus de force et plus d’enthousiasme aux besoins des plus vulnérables de la société et « de toucher davantage les personnes qui ont besoin d’écoute, de réconfort et de tendresse ». Mgr Ernest ne cache pas sa préoccupation concernant les jeunes qui veulent donner un sens à leur vie mais qui sont sans repères. « Les foyers mauriciens ont besoin de donner un sens à leur vie, les jeunes ont besoin d’une quiétude pour faire face à l’avenir ».
L’Évêque de Maurice a beaucoup insisté hier sur les qualités et le potentiel que renferme chaque individu pour se mettre au service de l’Église en se référant aux choix des premiers disciples de Jésus. « Voir les autres différemment, les voir avec un gros potentiel et de belles possibilités, c’est de cette manière que Dieu pose son regard sur chacun d’entre nous. C’est un beau cadeau que ces ordinations offrent à notre diocèse et à notre pays ». Mgr Ian Ernest a invité ces sept nouveaux membres de son clergé « à regarder l’avenir avec sérénité ».