Les planteurs engagés dans la culture vivrière se sont vus offrir un service de mécanisation pour la préparation de la terre à moins de Rs 1 200 l’heure. « Ce service vient pallier le manque de main-d’œuvre dans le secteur agricole », a déclaré Mahen Seeruttun, ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, lors du lancement du Land Mechanisation Support Scheme (LMSS) à La Brasserie la semaine dernière.

Selon le ministre, le LMSS intervient à un moment où l’agriculture fait face à de grandes difficultés, telles que le vieillissement de la population, le manque de main-d’œuvre et le phénomène du changement climatique. « Une des solutions majeures pour relever ces défis est d’accélérer la mécanisation des opérations agricoles », a-t-il déclaré.

Ce projet, initiative du Small Farmers Welfare Fund (SFWF), en collaboration avec l’Agricultural Mechanisation Unit (AMU) et la Mauritius Cane Industry Authority (MCIA), vise à faciliter l’accès des petits planteurs de cultures vivrières à la mécanisation de leurs opérations agricoles. Le LMSS aidera les petits planteurs à être plus efficients et productifs tout en réduisant le coût de production. Ils pourront ainsi augmenter leurs revenus et leurs profitabilités et contribuer à la sécurité alimentaire du pays.

« L’AMU a une grande expérience dans le domaine de la préparation du sol et possède une flotte de tracteurs et d’équipements adaptés à différents types de travaux et d’opérations. L’AMU mettra ainsi trois tracteurs de 90 HP et de 175 HP ainsi que des équipements sous le LMSS pour la préparation de la terre dans un premier temps », a-t-il indiqué.

De plus la SFWF et l’AMU travailleront de concert avec les planteurs concernant leurs besoins en termes de mécanisation et proposeront ainsi à l’avenir d’autres solutions de mécanisation adaptées pour la plantation. Le LMSS concerne dans un premier temps les planteurs des PlainesWilhems (Perrier, Plaine Sophie 1 & 2, Mare Longue, Closel, Henrietta et Palma), Savanne (Grand-Bois, Bois-Chéri, Saint-Avolt et Britannia), Grand-Port (Nouvelle-France, Cluny, Rose-Belle et Banane), Rivière-Noire (Bambous, La Chaumière et SaintMartin). Ces régions comptent 525 planteurs, qui cultivent principalement la carotte, l’oignon, le chou, le pâtisson, la tomate et la pomme de terre sur une superficie de 725 arpents.