Après les Head Masters qui ont exposé leurs problèmes il y a quelques jours dans l’administration de l’école, c’était au tour des “Miss” du préscolaire d’État de faire entendre leurs doléances durant la semaine écoulée. Celles-ci se sentent négligées, disent-elles, par le ministère dans la mise en route du Nine-Year Schooling et réclament une valorisation de leur statut d’enseignantes au même titre que ceux travaillant dans le primaire.
Les dirigeantes de l’Early Childhood Teachers Union déplorent le non-respect de plusieurs recommandations du PRB, situation qui, selon elles, donne lieu à « une certaine démotivation » dans le secteur. Ce syndicat du préscolaire cite le non-paiement d’une allowance pour celles travaillant dans des écoles ZEP alors que le personnel enseignant du primaire et les maîtres d’école, soulignent-elles, en bénéficient depuis plusieurs années. Elles ne comprennent pas non plus pourquoi les autorités refusent de leur rembourser les jours de casual leave non pris durant l’année alors que leurs collègues du primaire bénéficient de cet avantage. « Est-ce à dire que les autorités ne reconnaissent pas notre statut d’enseignant ? » se demandent-elles. Ces dernières trouvent aussi « injuste » le refus de l’Early Childhood Care Education Authority (ECCEA) de nommer des Senior Educators alors qu’un bon nombre d’enseignantes travaillent dans ce secteur depuis 30 ans et que « les perspectives de promotion sont malheureusement très minimes ». Elles n’écartent pas la possibilité d’un sit-in au deuxième trimestre au cas où les autorités continuent à être indifférentes à leurs revendications.
S’agissant du Nine-Year Schooling, les Miss du préscolaire d’État affirment ne constater jusqu’ici aucun préparatif pour la mise en pratique de ce plan de réforme dans leur secteur depuis le lancement d’un document en 2015 concernant le Developmental Learners Profile par l’ECCEA.
L’Early Childhood Teachers Union soutient que le personnel du préscolaire a les qualifications et compétences requises de même que l’expérience pratique nécessaire pour assumer pleinement le rôle de holistic teachers en Grade 1 au primaire mais que le ministère de l’Éducation « a préféré recruter pour remplir ce nouveau poste ». En outre, ces nouvelles recrues, fait remarquer ce syndicat, « sont envoyées dans les pre-primary units du gouvernement » dans le cadre de leur formation. « People without any experience are being considered more effective to work with children moving from pre-primary to grade 1. Holistic teachers are in fact learning from pre-primary teachers », constatent sur un ton amer les responsables de ce syndicat. Ces dernières soulignent les divers cours de formation dispensés par le MIE dont les enseignantes du préscolaire ont bénéficié régulièrement depuis qu’elles sont en poste et mentionnent des diplômes universitaires que détiennent quelques-unes d’entre elles.