Rezistans ek Alternativ, à la base même de la réforme électorale avec des plaintes logées au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, joue la carte de la jeunesse pour sa participation aux élections générales du 10 décembre. En effet, près de la moitié des candidats de ce mouvement de gauche sont des jeunes faisant leur baptême politique lors de la présente campagne électorale. Deux autres faits à retenir : le bouillant Ashok Subron croisera le fer avec l’ancien ministre des Finances Rama Sithanen au No 13 (Rivière-des-Anguilles/Souillac) tandis que le vétéran de la classe syndicale, Serge Jauffret, se mesurera au leader du MMM, Paul Bérenger, dans son fief de Stanley/Rose-Hill.
Les militants de Rezistans ek Alternativ avaient pris l’engagement, depuis des semaines déjà, d’aligner un maximum de jeunes pour ces élections, et ce afin de « créer un troisième mouvement d’émancipation sociale ». Confirmation obtenue hier après-midi avec la présentation officielle de la liste des candidats qui brigueront les suffrages dans 20 circonscriptions. Sur les vingt candidats, huit sont en effet âgés de moins de 40 ans et cinq sont des femmes. Parmi ces jeunes qui feront leur baptême de feu, nous retrouvons Aichah Sogree, Michel Chifonne, Kugan Parapen et Sharon Jacquin-Ng, entre autres. « Après notre combat historique contre le communalisme dans le système politique, notre combat en faveur de l’écologie et de l’énergie renouvelable, et notre combat permanent aux côtés des travailleurs et de la jeunesse, Rezistans ek Alternativ sollicite un vote pour faire entendre une voix anti-communale, écologiste, ouvrière et jeune au sein de l’Assemblée nationale », a déclaré Ashok Subron lors du point de presse tenu hier après-midi dans les locaux de CARES, à Moka.
Deux candidats s’étant taillé une réputation « monstre » sur la scène syndicale depuis de nombreuses années, à savoir Ashok Subron et Serge Jauffret, seront suivis de près compte tenu de leurs adversaires dans leurs circonscriptions respectives. Ashok Subron, sur le front des principaux combats en faveur des travailleurs de l’industrie sucrière et des secteurs du port et du transport, tentera en effet de rivaliser avec Rama Sithanen, pressenti pour être le prochain ministre des Finances en cas de victoire de l’alliance PTr/MMM. L’autre match qui sera vraisemblablement intéressant à suivre se déroulera dans la circonscription No 19, avec l’un des vétérans syndicaux, Serge Jauffret. Président de la General Workers Federation, la plate-forme syndicale qui, avec le MMM, constituait la gauche mauricienne dans les années 70’, il tentera de faire ses preuves politiques à Stanley/Rose-Hill, connue pour être celle du leader du MMM, Paul Bérenger.
Dans les milieux de Rezistans ek Alternativ, on fait comprendre que ces élections « sont peut-être les plus importantes depuis l’indépendance ». Ils s’expliquent : « Notre pays se trouve à la croisée de son histoire. Les citoyens auront la possibilité de voter pour l’émergence d’un troisième mouvement d’émancipation sociale, après la naissance du PTr en 1936 et celle du MMM en 1969. Ces deux partis ont dépassé leur date d’expiration. Les élections de 2014 marqueront la naissance d’une nouvelle force autour de Rezistans ek Alternativ, avec le papillon comme symbole. La présence de Rezistans ek Alternativ au Parlement sera d’une grande importance, surtout dans le cadre de notre contribution historique pour éradiquer le communalisme dans le système politique et dans le contexte du projet de changement constitutionnel que prônent le PTr et le MMM. » Les dirigeants de Rezistans ek Alternativ ont tenu à déplorer les propos de sir Anerood Jugnauth pour son mot d’ordre de ne pas voter pour les petits partis aux élections générales.