Le leader du MMM, Paul Bérenger, a réfuté ce matin les accusations des leaders de l’Alliance Lepep à l’effet qu’il y aurait une entente entre le MMM et le PTr pour les élections municipales. « Il n’y ni alliance ni contact le PTr. Le MMM participe à ces élections seul contre tous », a-t-il déclaré. Paul Bérenger procédait à la présentation du manifeste électoral du MMM en vue des prochaines élections municipales, en présence des dirigeants et des 120 candidats du parti. Invité à dire si le MMM avait obtenu une contribution quelconque de la BAI lors des dernières élections générales comme le suggèrent ses adversaires, Paul Bérenger a demandé que le gouvernement vienne avec un texte de loi sur le financement des partis politiques, avec effet rétroactif aux élections 2014. « Nous révélerons toutes les contributions que nous avons reçues, qui se font généralement par chèque. » Soutenant que les dirigeants de l’Alliance Lepep « paniquent et multiplient les déclarations à l’emporte-pièce », il a également déploré la destruction des banderoles du MMM à Curepipe « alors que partout ailleurs les banderoles du MMM, de l’Alliance Lepep et de Rezistans ek Alternativ sont juxtaposées pacifiquement. » Il a annoncé le lancement de la campagne électorale du MMM pour cet après-midi à Beau Bassin.
Le leader du MMM a présenté également le manifeste électoral de son parti en vue des élections municipales du 14 juin. Ayant pour titre “Maîtrisons le devenir de nos villes”, ce manifeste porte la signature du secrétaire général Ajay Gunness, du secrétaire général adjoint Zouber Joomye, et d’Ananda Rajoo, maire de Curepipe. Il est divisé en trois parties distinctes. La première évoque « l’essence d’une ville » et rappelle les années durant lesquelles les municipalités étaient gérées par le PMSD, qualifiées « d’années sombres », citant ensuite « l’ère innovante du MMM » à partir de 1977. « En matière de gestion municipale, aucun parti politique ne peut prétendre à un bilan comparable à celui du MMM dans les villes », soutient ce manifeste.
Dans la deuxième partie, le texte souligne que les élections municipales de 2015 sont organisées trois ans avant la fin du mandat des conseillers municipaux et que le MMM présente 120 candidats dans les 30 arrondissements des cinq villes. « Lors des législatives de décembre 2014, la population a en fait sanctionné les abus répétés du pouvoir, l’affairisme des “petits copains/petites copines”, l’impunité dont bénéficiaient les proches du pouvoir et l’arrogance inqualifiable des membres de l’ancien régime. Or, cinq mois après, la population constate avec effroi et déception que ces mauvaises habitudes se sont à nouveau incrustées dans les pratiques du présent gouvernement. En décembre 2014, les acteurs ont changé, mais les nouveaux venus continuent à jouer selon le même scénario. La population se sent trahie et cherchera certainement à le faire savoir au moment opportun. »
La troisième partie, elle, est consacrée aux propositions du MMM pour les six ans à venir. Ce programme comprend neuf chapitres ayant pour titres “Développer des ressources humaines et inculquer une culture de service”, “Une emphase nouvelle sur la dimension sociologique de la ville”, “Environnement : programme continu de sensibilisation et introduction de la collecte sélective des déchets”, “Mise sur pied d’un conseil économique et social municipal”, “Programme de responsabilisation citoyenne pour le respect de l’environnement et des biens de la ville”, “Améliorer la mobilité en toute sécurité”, “Définir une politique cohérente en matière de santé préventive”, “Encourager l’esprit sportif et la créativité” et “Une nouvelle liberté financière”.