Le Film Rebate Scheme a été présenté de manière spectaculaire à l’Indira Gandhi Culturel Centre hier après-midi par le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval, et ce en présence de l’acteur indien Jackie Shroff, du Haut Commissaire Indien M. Seetharam et de l’ambasseur de Chine M. Li Liu. A cette occasion, le ministre des Finances a souligné l’importance de l’industrie cinématographique dans le monde, estimant que celle-ci pourra rapporter près Rs 1 milliard par an à Maurice.
Au terme du Film Rebate Scheme, les producteurs cinématographiques venant à Maurice pourraient bénéficier d’une remboursement de 30% sur le montant total des dépenses (qualifying production expenditures) encourues dans notre pays. Un « rabais » qui concerne les longs métrages, les productions pour la télévision, les documentaires, les séries télévisées, ou encore les publicités. Selon le Board of Investment (BOI), le qualifying production expenditures inclut les dépenses suivantes : « Accommodation in Mauritius, catering, construction, location fees, per diems, post production services, production service company fees, professional services, rental of camera and lighting equipment, rental of marine vehicles, rental of mobile toilets, rental of offices, office furniture and equipment, rental of helicopters and aeroplanes, rental of studio facilities, among others. »
Dans un discours de circonstance hier, Xavier-Luc Duval a observé que la production cinématographique est une activité économique très importante à travers le monde, industrie qui brasse d’ailleurs quelque USD 90 milliards annuellement, soit quelque Rs 3 trillions, soit l’équivalent de neuf fois notre Produit intérieur brut. Par ailleurs, l’Inde est le plus important producteur cinématographique de la planète avec un total de 1 600 films rien que pour l’année dernière. Les Etats-Unis, de leur côté, ont produit quelque 800 films en 2011. Enfin, le Nigeria, lui, a produit environ un millier de films l’année dernière.
Le ministre des Finances a également observé que beaucoup de producteurs choisissent de produire leurs films en dehors de leur pays d’origine. Raison pour laquelle plusieurs pays ont introduit le Film Rebate Scheme. Singapour offre une incitation de 50% de remboursements des frais sur les films produits à Singapour.
« Nous voulons nous positionner sur la scène internationale. De nombreux films indiens ou européens ont déjà été tournés à Maurice. Nous avons une part du marché en raison des facilités offertes par d’autres pays » a-t-il expliqué. Xavier-Luc Duval poursuit que c’est le Premier ministre qui lui a demandé de prévoir des incitations pour l’industrie cinématographique. « Dans un premier temps, j’ai hésité, expliquant au Premier ministre qu’il n’était pas “juste” de “jeter de l’argent” pour permettre à d’autres de boire le champagne. Mais nous avons entrepris ensuite une étude sur le potentiel de l’industrie cinématographique pour notre économie. C’est ainsi que nous avions proposé une remboursement de 25% des frais enregistrés à Maurice. Après de nouvelles études, nous l’avons augmenté à 30% l’année dernière, incluant les billets d’avions », a dit Xavier-Luc Duval.
Le ministre des Finances a observé que le Film Rebate Scheme est maintenant « sur la bonne voie ». Le BOI et la MFDC multiplieront leurs efforts afin de promouvoir cette industrie. « Nous voulons que l’industrie cinématographique rapporte Rs 200 M à Rs 300 M et, à court terme, Rs 500 M. Nous souhaitons que cette industrie apporte des revenus de plus Rs 1 milliard lors qu’elle atteindra sa vitesse de croisière, permettant de créer des centaines d’emplois et des activités pour les petites et moyennes entreprises. Je demande à toute la population mauricienne de soutenir ce Film Rebate Scheme », a déclaré Xavier-Luc Duval.
Le ministre de la Culture Mukeswar Choonee a, pour sa part, souligné le potentiel existant à Maurice en matière cinématographique. « L’idéal est que le producteur arrive à Maurice uniquement avec son script car étant alors en mesure de tout obtenir à Maurice en terme d’équipements, d’acteurs et de figurants », a-t-il dit. Et d’affirmer que son « rêve » est « de voir des films entièrement produits par Maurice » de sorte de créer un « cinéma mauricien ».
La soirée d’hier a été marquée par un très beau spectacle offert par les élèves du MGI, qui ont été ensuite félicités par Jackie Shroff.