DAVIS SALEGRAM TEWARY

Mahébourgeois et fier de l’être

Mahébourg est sans nul doute, l’un des villages, si ce n’est, le village le plus charmant de Maurice. Connu pour son côté traditionnel, ce village, nommé d’après le gouverneur français Mahé de Labourdonnais, est un lieu à ne pas rater pour n’importe quel Mauricien ou touriste visitant le sud de l’île.

Cependant, plusieurs inconvénients viennent gâcher le charme de cet endroit exotique et l’un des problèmes majeurs est le front de mer. Ce lieu, qui aurait dû être la cerise sur le gâteau, est aujourd’hui un véritable “eyesore”. Le front de mer, visité par des centaines de personnes, dont des touristes qui embarquent des pirogues pour visiter la baie où avait eu lieu la fameuse bataille de 1810 entre les Anglais et les Français, est mal entretenu. La preuve, les illustrations témoignent de la mauvaise gestion de ce magnifique coin.

L’une des premières choses que peuvent constater les Mahébourgeois est le fait que des amas de branches et de déchets jonchent le sol à plusieurs endroits du front de mer. Les poubelles ne sont pas vidées régulièrement et leur contenu attire les mouches et surtout les chiens errants. Par ailleurs, bien souvent, faute de lieu approprié pour disposer des déchets, certains les cachent dans l’enclos de la statue du Swami Sivananda.

De plus, en plusieurs occasions, lorsque l’herbe est coupée, elle n’est pas ramassée mais utilisée pour couvrir d’autres déchets. Un autre problème grave qui existe au Mahebourg Waterfront est l’état déplorable des lampadaires dont les fils électriques sont en piteux état. Ceux-ci ne sont pas convenablement sécurisés et peuvent être un danger pour les enfants. Malheureusement, ce n’est pas le seul souci avec ces lampadaires, car souvent celles-ci ne fonctionnent pas et vu le manque de loisirs flagrant à Mahébourg, les habitants se voient contraints de ne pas visiter le front de mer le soir, par manque de sécurité surtout.

Enfin, malgré un panneau indiquant que les marches sont glissantes, rien n’est fait pour enlever les algues ou encore les déchets qui pourraient provoquer la chute des personnes souhaitant s’approcher de l’eau pour la toucher ou pendant les jours de fête religieuse étant donné qu’il y a un temple hindou au beau milieu du front de mer.

En tant que Mahébourgeois, nous souhaitons tous que les autorités concernées assument leurs responsabilités et soient plus attentives aux besoins des habitants. Un désintéressement vis-à-vis du front de mer de la part des visiteurs équivaudrait à priver plusieurs personnes de leur gagne-pain et aussi priver les habitants du seul endroit où ils peuvent se ressourcer avec sérénité.