La première Mauricienne présidente de la République, soit la sixième depuis sir Veerasamy Ringadoo en 1992, Ameenah Gurib-Fakim prendra ses nouvelles fonctions officiellement vendredi. Tel est le calendrier, qui a été arrêté à l’Hôtel du gouvernement avec la démission du président Kailash Purryag effective depuis 18 heures, hier. Entre-temps, la suppléance est assurée par la vice-présidente de la République, la rouge Monique Ohsan-Bellepeau, dont le mandat arrivera à terme au début de novembre prochain.
Des indications recueillies de sources bien renseignées, une Special Cabinet Meeting sera convoquée pour lundi en vue de prendre note formellement de la démission prématurée du cinquième président de la république et avaliser la motion « standing in the name of the Prime Minister » pour l’élection d’Ameenah Gurib-Fakim à la présidence. Cette séance spéciale de l’Assemblée consacrée uniquement à cet item se déroulera jeudi à 11 h 30 pour respecter les délais imposés par les procédures constitutionnelles.
Tout semble indiquer que cette élection à la présidence de la République devra être une formalité au sein de l’hémicycle compte tenu de la confortable majorité, que détient le gouvernement de L’Alliance Lepep. La cérémonie de prestation de serment à la State House est prévue pour vendredi, probablement après la réunion hebdomadaire du conseil des ministres. Le fait singulier demeure si Monique Ohsan-Bellepeau est maintenue à son rôle à la vice-présidence de la République au terme de son mandat jusqu’au 12 novembre prochain, selon un accord tacite entre les parties, la State House verra pour la première fois une cohabitation féminine avec Ameenah Gurib-Fakim à la présidence et Monique Ohsan-Bellepeau à la vice-présidence.
C’est par le truchement d’un fac-similé transmis par la State House aux salles de rédaction à 14 h 29 hier que Kailash Purryag a mis fin au suspense, qui a gagné en intensité en fin de semaine, autour de sa démission. Le communiqué de la présidence a annoncé que la démission de Kailash Purryag prenait effet à partir de 18 h hier en ajoutant que « le président de la République tient à informer le public en général qu’un accord a été convenu le 29 janvier 2015, entre lui-même et le Premier ministre qu’il démissionnerait de son poste fin mai 2015 ».
La lettre de démission de Kailash Purryag a été soumise à la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, hier après-midi. « Le président de la république saisit cette occasion pour remercier la nation mauricienne pour le soutien qu’elle lui a accordé ces trois dernières années », conclut le communiqué de la State House.
Le départ de Kailash Purryag de la State House constitue une donne politique majeure au sein du Parti travailliste, qui se cherche après la cuisante défaite aux élections générales du 10 décembre dernier et surtout plus dans le sillage des déboires de l’ancien Premier ministre et leader du Labour, Navin Ramgoolam, avec des enquêtes policières et des inculpations provisoires en série et des centaines de millions de roupies comme des « casseroles politiques ».
Le prochain Move de Kailash Purryag, qui a été un des principaux lieutenants de Navin Ramgoolam, depuis les élections générales du 21 décembre 1995, sera suivi avec un intérêt accru. La question, qui est sur les lèvres des apparatchiks du Parti travailliste, est si Kailash Purryag sera tenté par le rôle d’homme-pont pour permettre au parti de traverser cette période de crise en assumant un rôle de premier plan au Square Guy Rozemont.
En tout, dans l’entourage d’Arvin Boolell, l’on s’interroge sur le come-back de Kailash Purryag sur le terrain politique avec pour conséquence que l’actuel porte-parole sans pouvoir sera encore relégué au second plan.
Affaire à suivre sur l’échiquier politique…