La direction du Preskîl Beach Resort a accordé aux employés un mois de congé payé, le temps que durent les travaux de rénovation. Ils étaient une cinquantaine hier matin devant le musée de Mahébourg pour revendiquer leurs droits en tant que travailleurs. Même si les discussions sont ouvertes entre la direction et le syndicat des travailleurs, ces derniers veulent continuer le combat.

« Nous avons souhaité faire cette marche pour qu’on ait de meilleures conditions de travail », avance Marie (prénom fictif), employée au Preskîl au département housekeeping depuis près de 11 ans. « Nous aurons juste notre salaire de base, et avec toutes les déductions, il ne nous restera que Rs 10 000, voire moins », dit-elle. En effet, depuis le début des rénovations du Preskîl Beach Resort au coût de plusieurs millions de roupies, les employés se plaignent du mauvais traitement dont ils sont victimes. Même si l’hôtel a accepté de leur donner un mois de congé payé, les employés soutiennent que cela n’est pas suffisant et demandent que leurs droits soient respectés.

Du côté de l’hôtel, les discussions restent ouvertes. « Depuis la conférence de presse mercredi, nous avons tenu une réunion avec le syndicat et sommes tombés d’accord pour donner un mois de congé payé aux employés. À leur retour, ils recevront une formation, comme c’était d’ailleurs prévu », soutient le management de l’hôtel. « Nous sommes à l’écoute de nos employés. L’essentiel c’est que tout se passe bien durant les rénovations, et ce, dans les meilleures conditions possibles », ajoute-t-il. Il faut noter qu’après la conférence de presse, une lettre officielle a été soumise aux membres du syndicat à cet effet vendredi.