Le ministère de la Santé est en train de finaliser une série de mesures pour réglementer la quantité de sel utilisé dans l’industrie de l’alimentation afin de réduire l’incidence de l’hypertension, un « tueur silencieux », et des maladies cardio-vasculaires. De nouveaux règlements concerneront également les « transfatty acids » (acides gras insaturés responsables de l’obstruction des artères) et l’étiquetage des produits alimentaires. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé Lormus Bundhoo lors de la célébration lundi de la Journée mondiale du Coeur au collège Adolphe de Plevitz, à Grand-Baie.
Le ministre de la Santé a indiqué que les produits alimentaires devront dorénavant contenir le taux de sel le plus bas possible et comporter des étiquettes appropriées pour laisser le choix aux consommateurs. Il a également annoncé que l’éducation physique sera introduite comme sujet d’examen sur une base pilote dans les collèges. En outre, la promotion de modes de vie préservant la santé fera partie du programme scolaire au primaire et au secondaire.
M. Bundhoo a déclaré que la mortalité causée par les maladies cardio-vasculaires a diminué entre 2005 et 2013. Ces pathologies ont été responsables de 17,7 % des décès en 2013 contre 22,8 % il y a huit ans. Néanmoins, les problèmes cardiaques restent une cause majeure d’hospitalisation dans les services de santé publique. Les principaux facteurs des maladies cardiaques sont, soutient le ministre de la Santé, le tabagisme, le manque d’exercices physiques, un taux de cholestérol élevé, l’hypertension et l’obésité. « Éviter le sel dans l’alimentation, pratiquer des exercices physiques régulièrement, surveiller son poids, consommer moins de graisses insaturées, réduire le stress et contrôler l’hypertension sont des moyens de prévenir les maladies cardiaques », dit-il. De même, les études démontrent que le contrôle de l’huile de palme dans les « blended oils » commercialisés a fait baisser l’incidence des maladies cardiaques. Cesser de fumeur réduit les risques de problèmes cardiaques après un an. « 80 % des décès prématurés dus à l’infarctus et à la thrombose peuvent être évités si les facteurs de risques sont contrôlés ». Le ministre de la Santé recommande aux Mauriciens de faire un check-up régulièrement pour dépister précocement ces pathologies sans attendre l’apparition de symptômes. Par ailleurs, de nouveaux plans sur le tabagisme et la nutrition sont en voie de préparation, avec pour objectif de réduire l’incidence des maladies cardio-vasculaires. « Les bons choix pour préserver sa santé commencent à la maison, notamment dans des environnements d’urbanisation rapide », a-t-il souligné.
Le ministre de la Santé a aussi fait ressortir que des ambulances cardiaques sont venues renforcer les services du SAMU, en outre de la décentralisation des unités de cardiologie dans les hôpitaux de Flacq et de Rose-Belle.