L’ONG Befrienders organise une marche pacifique demain dans les rues de Rose-Hill. Une initiative destinée à « mieux faire connaître Befrienders, explique sa présidente Mala Bonomaully, et aussi un moyen pour nous d’aller vers le grand public. » Cette activité s’inscrit dans le cadre d’un mois qui a été essentiellement consacré à la prévention à différents niveaux. La ministre Sheila Bappoo ainsi que les responsables de Life Plus, unité de prévention du ministère de la Sécurité sociale, seront aussi présents.
« Nous avons invité toutes les ONG à être à nos côtés ce dimanche, explique Mala Bonomaully. Le suicide est l’affaire de tous. Et c’est pour cette raison que nous avons eu l’idée de clôturer ce mois d’activités avec cette marche pacifique dans les rues de Rose-Hill. » Mme Bonomaully poursuit : « Nombre de Mauriciens ne savent pas que Befrienders existe. Souvent, c’est quand un proche ou un membre de la famille a été touché qu’on se sent concerné. Le but de notre marche, demain, c’est de venir vers le grand public. Qu’ils savent que nous sommes là, qu’ils peuvent nous voir, venir nous demander des informations, des conseils, des idées… Nous serons présents en chair et en os. Donc, pas besoin d’aller chercher un numéro de téléphone, prendre rendez-vous, tout ça. » De ce fait, lors de cette activité, Befrienders procédera aussi à une distribution de livrets explicatifs, destinés à « aider tout un chacun à mieux connaître l’ONG, qui a également changé de logo. »
L’activité débutera par une marche pacifique qui démarrera aux alentours de midi à la Place Margéot. « Cette marche est un hommage à tous ceux qui sont décédés, explique Mala Bonomaully. Mais aussi tous ceux qui connaissent quelqu’un qui a attenté à sa vie. C’est un hommage que nous leur rendons. » Les marcheurs convergeront vers l’esplanade du Plaza où une partie protocolaire en présence de la ministre Bappoo se tiendra.
« Nous allons aussi profiter de cette activité pour expliquer aux gens quels sont les “warning signs” auprès de tous ceux et celles qui sont en détresse. » Dans le même souffle, indique notre interlocutrice, « Befrienders est une ONG qui, depuis 1995, opère essentiellement dans les Plaines-Wilhems. » Cela parce que l’ONG ne dispose pas « d’énormes moyens pour pouvoir avoir une répercussion plus large. » Mala Bonomaully souhaite ainsi « une meilleure synergie entre les différents partenaires ainsi que la population. Nous souhaitons que tout un chacun, secteur public, secteur privé, le Mauricien lambda, se sente concerné par le problème. Si nous unissons nos efforts, nous allons pouvoir nous aider. » Befrienders pense ainsi aussi pouvoir « étendre nos activités au reste de l’île, en ayant, pourquoi pas, des antennes et des cellules dans différentes régions du pays. Cela nous permettra d’être plus près des Mauriciens… »