Le Board of Investment (BoI) prévoit pour cette année des investissements directs étrangers (FDI) de l’ordre de Rs 13 milliards à Rs 14 milliards. Le BoI estime, à la lumière des projets qui sont ou seront mis en chantier, que les perspectives pour 2016 sont encourageantes et constate que pour le premier trimestre, le montant de FDI (Rs 3 milliards, selon les chiffres publiés vendredi par la Banque de Maurice) a dépassé celui du trimestre correspondant de 2015 (Rs 2,4 milliards).
Selon le BoI, de nouveaux projets d’investissement devraient démarrer avant la fin de cette année. Parmi, il y a la construction d’un parc pour des activités logistiques, la mise en opération du projet de Deep Ocean Water Application (DOWA), soit l’utilisation des eaux profondes pour la climatisation des bâtiments et équipement, la construction d’un education village, la construction de logements ainsi que des projets de biotechnologie. Dans les milieux du BoI, on se dit conscient des risques de turbulences au niveau de l’économie mondiale et des marchés financiers, d’où un recentrage de la stratégie de promotion des investissements pour cette année.
En déployant sa stratégie, le Board a mis l’accent sur : a) une nouvelle orientation industrielle pour que le secteur manufacturier puisse grimper dans la chaîne des valeurs en capturant et canalisant une partie des importations africaines et en mettant l’accent sur l’innovation et la technologie, b) la promotion des investissements dans l’industrie du thé, c) le renforcement de la compétitivité du secteur TIC-BPO, d) le développement de l’économie bleue, e), le marketing de l’industrie cinématographique en particulier du Film rebate scheme, f) l’amélioration du positionnement de Maurice en tant que centre régional proposant des services de qualité dans le secteur éducatif et g) l’accélération du développement de l’industrie de la biotechnologie.
Analysant les récentes données de la Banque de Maurice concernant les investissements étrangers à Maurice, le BoI fait ressortir que le montant de Rs 9,6 milliards annoncé par la banque centrale pour l’année écoulée est une estimation préliminaire en attendant d’être corrigée après que la conclusion de la Foreign Asset and Liabilities Survey 2015, une enquête sur les actifs et passifs au niveau des investissements étrangers. Le BoI note, entre-temps, que le flux d’investissements étrangers varie d’année en année et que les grandes fusions ou acquisitions ont un impact important sur le montant des investissements. En 2014, fait-il remarquer, sur les Rs 14,1 milliards de FDI reçues par Maurice, Rs 5,9 milliards ont été canalisées vers le secteur touristique, cela dans le sillage des placements faits par les groupes RIU Hotels et Shangrila. En 2013 et 2015, le secteur touristique avait attiré Rs 756 millions et Rs 860 millions respectivement. « If we remove the large mergers, acquisitions and funds transfered from abroad for capitalisation of local banks, the 2015 figure remains comparable to the previous years », analyse le BoI.
Se référant aux investissements dans les autres secteurs économiques, le BoI révèle que dans les TIC, ce sont principalement les entreprises existantes qui ont fait des investissements additionnels. Le FDI dans les TIC est relativement bas du fait que les projets ne nécessitent pas des dépenses de développement massives. Dans le secteur immobilier, par contre, les investissements ont atteint le niveau record de Rs 8,1 milliards, ce secteur nécessitant de lourds investissements en amont.
Le BoI est d’avis que le secteur immobilier projette une image de haute qualité et qu’il soutient également d’autres secteurs économiques à travers le développement d’infrastructures pour l’industrie des TIC, les institutions de formation professionnelle et les opérateurs de services logistiques, entre autres. C’est le cas également pour le secteur de la construction dont les investissements ont des retombées favorables sur d’autres activités (architectes, notaires, banques, PME, importateurs/détaillants, fabricants d’ameublement, etc.).