À plusieurs reprises les profs du PVE ont ouvertement qualifié ces examens de Certificate of Prevocational Education de « farce », et ils n’ont pas manqué de faire part de leur sentiment à ce sujet directement au ministre de l’Éducation lors du forum sur le PVE au mois d’août dernier. Pour rappel, ces examens concernent les “3rd Year”, soit ceux qui terminent le programme d’études.
Pour l’heure ce Certificate of Prevocational Education est octroyé indistinctement à tous ceux qui ont terminé le programme d’études, qu’ils aient réussi ou non aux examens de fin d’année. Le ministère de l’Éducation a porté très peu d’intérêt à ce secteur de l’éducation pendant de nombreuses années, d’où le fait que ces examens pour la troisième année aient été caractérisés jusqu’ici par une certaine légèreté et un laisser-aller. Il n’y avait aucune confidentialité et beaucoup de liberté laissée aux écoles dans l’organisation des épreuves même si les questionnaires sont préparés par le ministère de l’Éducation. Dans beaucoup de collèges, les enveloppes contenant les questionnaires étaient ouvertes en avance et des profs pouvaient discuter de certains “papers” avec leurs élèves. « Ce n’est pas un vrai examen, c’est plutôt une attestation qu’on remet aux enfants. Même quand nous travaillons certains questionnaires en avance, beaucoup d’élèves n’arrivent pas à faire le papier et obtiennent un zéro lors des examens », explique un enseignant d’un collège d’État de la capitale.
Les chefs d’établissement confirment avoir reçu il y a quelques jours un protocole de procédures pour le déroulement de ces prochains examens. « Nous allons les respecter mais dans le fond rien n’a changé avec ces examens. Le certificat n’a toujours pas de valeur sur le marché du travail », souligne un recteur.
En effet, le ministère de l’Éducation commence tout juste à remédier aux manquements en fixant les guidelines pour la rigueur. Dans la note adressée aux collèges, il insiste d’abord sur le respect de l’emploi du temps. « Very important. The given Examination Time Table must be strictly adhered to », peut-on lire à ce sujet. Le ministère demande aux chefs d’établissement de s’assurer à ce que chaque candidat reçoive une copie de cet emploi du temps au moins une semaine avant le début des examens.
Les profs n’auront plus le droit de travailler certains questionnaires en avance. Le ministère insiste sur la notion de confidentialité et ordonne aux recteurs « to ensure that all question papers are kept in properly labelled and well-sealed envelopes till the day of the exam », sauf pour l’examen de Arts and Crafts qui est prévu pour le 4 novembre. Le questionnaire pour cette matière sera distribué aux candidats le 11 octobre pour leur permettre de préparer le matériel nécessaire.
Les recteurs doivent prendre les mesures nécessaires pour « accommodate the candidates in real exam conditions ».
Même si les questionnaires d’examens sont préparés par le ministère de l’Éducation, la responsabilité pour la correction des scripts revient à chaque collège qui doit se baser sur des guidelines officiels. Pour cette étape, le ministère y met un peu d’ordre. « A printed copy of the duly filled mark sheet, affixed with the seal of the school and signed by the Rector/Principal at latest by 11 November 2011 and the diskette are sent to the Zonal Directorate », affirme le ministère.
Quelques techniciens du ministère de l’Éducation et des officiers de la PSSA avouent que ces prochains examens se dérouleront sur un « ton beaucoup plus sérieux » et affirment que les responsables des collèges et les profs de la filière Prevocational Education « ont été sensibilisés » sur l’importance de respecter de telles procédures.