Alors que les portes des écoles se sont refermées sur l’année scolaire 2013 depuis plus d’un mois, le nouveau système d’apprentissage introduit en janvier dernier pour les 3e et 4e années d’études de la filière Prevocational donne lieu toujours à un grand mécontentement : la semaine est partagée entre le collège et le centre MITD. Après les directeurs et enseignants de nombreux collèges, qui ont dénoncé le déroulement chaotique du programme d’études par manque de planification, c’est au tour des parents cette fois de faire entendre leurs voix. Hier, ceux du collège St Mary’s West, accompagnés de leurs enfants, se sont rendus au département Applied Pedagogy de l’ICJM pour faire part de leur désarroi et inquiétudes. À l’unanimité, ils ont exprimé le souhait que leurs enfants restent au collège l’année prochaine pour leur 4e année d’études. Mais cette décision relève du ministère de l’Éducation.
Les parents d’élèves de “Prevoc” qui se sont rendus hier à l’ICJM ont le visage assombri et on ressent chez eux une sourde colère et une profonde inquiétude par rapport à la scolarité de leurs enfants l’année prochaine. « Li pa enn kapris kan nou dir ki nou pale ki nou bann zanfan al MITD lane prosenn. Nouvo sistem-la pa bon ditou … lanvironman pa bon … ena boukou problem e zame nou finn gagn enn reyon avek bann responsab laba », déplore Samina Bakurally, porte-parole de ce groupe. Ces pères et mères de famille veulent que Jimmy Harmon, Head of Department of Applied Pedagogy, de cette institution et responsable du dossier Prevocational pour les collèges catholiques, transmette leurs griefs au Bureau de l’Éducation catholique et au ministère de l’Éducation. « Nous avons pris le temps de les écouter et ce qu’ils ont dit confirment le contenu des rapports que nos enseignants de Prevoc ont soumis au BEC. Le fait qu’ils soient venus accompagnés de leurs enfants témoignent de ce désir de faire entendre la vérité aux autorités. Nous sommes solidaires avec eux et soutenons entièrement leur demande pour que leurs enfants restent dans nos collèges », soutient Jimmy Harmon.
Pour le volet de formation dispensée par le MITD, les jeunes garçons et jeunes filles en 3e année de Prevoc de St Mary’s West avaient été dirigés par le ministère de l’Éducation dans un centre à Beau-Bassin. Si durant l’année écoulée ils ont été réguliers et assidus aux trois jours de cours qui se déroulaient au collège, en revanche, ils n’étaient guère motivés à se rendre les deux jours restant dans le centre MITD. Des parents ont confirmé hier lors de cette réunion à l’ICJM de ce manque d’intérêt de leurs enfants au MITD. « Zour ki bizin al MITD mo zanfan pa anvi al lekol, li dir al perdi letan laba » a-t-on entendu plus d’une fois de la bouche des mamans. « La moitié de la classe était absente souvent. Il y a des jours où il n’y avait que six à sept enfants en classe », raconte une élève. Les parents affirment qu’ils n’appréciaient guère ces absences répétées mais qu’ils ont finalement compris l’attitude réfractaire affichée par leurs enfants. « Letan zot rakont nou kouma pase laba lerla nou konpran ki fer zot napa le ale », a expliqué l’une des mamans.
Ces jeunes et leurs parents ont cité une série de faits pour soutenir que les cours dans ce centre de MITD ne se sont pas déroulés dans les conditions propices. « Finn ena boukou violans fizik ek verbal e kan mo get sa lanvironman-la mo byen per pou mo garson », témoigne Samina Bakurally.
Quelques-uns des autres problèmes cités par les parents : indiscipline en classe et dans la cour de récréation, environnement physique sale et peu agréable, insécurité, absence de supervision, manque de matériel, relations difficiles avec le personnel enseignant, taux d’absentéisme élevé. Au niveau de l’apprentissage, des parents reconnaissent que leurs enfants n’ont guère progressé. « Minister ti dir ki zot pou aprann boukou kitzoz dan MITD me mo pa trouve seki mo garçon finn aprann anplis. Finn perdi enn lane, vomie ti les zot dan kolez », dit sur un ton d’amertume une mère.
Ces parents de St Mary’s West ont fait un véritable plaidoyer hier pour que leurs enfants entreprennent leur quatrième et dernière année de Prevoc dans leur collège au lieu qu’ils fassent le va-et-vient entre l’école et le MITD. « Nou le ki nou bann zanfan res dan lekol », réclament ces parents à l’unanimité. Les raisons de cette requête : plus de sécurité et de contrôle, programme d’études nettement plus adapté, un suivi régulier du progrès de leurs enfants, communication constante entre l’école et les parents. Ces parents du St Mary’s West s’organisent pour faire entendre leur voix en haut lieu.
Par ailleurs, les élèves en 3e année de Prevoc qui ont pris part aux examens de fin d’année organisés pour la première fois cette année au niveau national ne savent pas quand ils obtiendront les résultats de cette évaluation. Leurs profs également sont dans l’attente et n’ont aucune indication à ce sujet. « Personne ne sait quand ces enfants obtiendront leurs résultats et le ministère ne communique pas à ce sujet. Une fois de plus, les autorités font montre d’une attitude cavalière envers les enfants du Prevoc », déplore un prof de cette filière d’études.