L’introduction d’un nouveau curriculum pour le secteur Prevocational Education (PVE) à compter de janvier devrait entraîner des changements majeurs dans l’organisation de la classe et dans le sillage, quelques grincements de dents. Il n’y a que quelques jours que le ministère de l’Éducation a communiqué aux collèges les détails du contenu de ce nouveau programme d’études ainsi que les exigences pour sa mise en pratique. Le ministère fait état de l’obligation d’avoir un prof par matière à moins qu’une personne qui enseigne deux matières détienne les qualifications universitaires requises dans chacune d’entre elles. Le ministère rappelle que les profs du mainstream n’ont pas le droit de travailler parallèlement dans le département du PVE. Or, dans plusieurs collèges privés, les profs de Physical Education sont aussi en service dans le département PVE. Les collèges privés devraient donc obligatoirement procéder à des recrutements de profs en début d’année tant pour le PVE que pour les autres nouvelles matières figurant au curriculum. Pour leur part, des enseignants de ce secteur déplorent le manque de formation par rapport au nouveau curriculum. Ils n’ont eu droit durant ce mois de décembre qu’à une seule “briefing session”, qu’ils jugent « insuffisante » pour répondre aux nouveaux besoins. La rentrée dans ce secteur du secondaire promet d’être très agitée.
———————————————————————————————————————————
SECONDAIRE: “Deceiving year” pour le privé
Des directeurs de collèges privés se disent « déçus » de l’année écoulée, surtout concernant le bilan de l’Education Policy Committee. Si cette instance s’est réunie régulièrement, en revanche, les discussions sur la quasi-totalité des “issues” concernant le privé soulevés au sein de cette instance n’auraient abouti à aucun résultat. « Most of the issues are still pending. Zot pa kapav pran okenn desizion », constatent amèrement les dirigeants de la Fédération des Managers des Collèges privés. Par ailleurs, il y a beaucoup d’appréhensions dans ce secteur de l’éducation par rapport à la nouvelle rentrée en Form I. À l’exception des collèges catholiques et d’une poignée de “grands établissements”, la moitié des places en Form I dans les collèges sont encore libres. En effet, un bon nombre d’élèves ayant obtenu une admission dans ces établissements par le MES n’ont pas encore confirmé leurs places. Ce n’est qu’à la rentrée que ces collèges seront fixés sur le nombre d’admis. Il est bon de savoir que le secondaire privé est confronté depuis quelques années à une baisse drastique d’élèves. D’où la demande insistante de la Fédération des Managers auprès du gouvernement pour définir une politique pour ce secteur. En l’absence d’un tel plan ils ne peuvent planifier l’avenir.
———————————————————————————————————————————
LEÇONS PARTICULIÈRES: Pas de repos pour les cadres de l’Éducation
Les cadres du ministère de l’Éducation connaissent une fin d’année assez épuisante avec la préparation des clauses pour la mise en pratique de la loi votée au début de décembre relative aux leçons particulières pour le primaire aussi bien que pour le secondaire. Désormais, les personnes désirant donner ce type de leçons privées doivent obligatoirement avoir obtenu un “Registration Certificate” octroyé par les autorités. Or, à une dizaine de jours de la rentrée scolaire 2012, le ministère n’a pas encore informé le public des critères pour l’octroi de ce permis ni de l’identité de l’organisme chargé de le délivrer. Les responsables du ministère n’ont guère le temps de souffler avec ce dossier. Selon nos informations, Vasant Bunwaree, ministre de l’Éducation, devait tenir une conférence de presse-bilan cette semaine, au cours de laquelle il devait communiquer les détails de cette nouvelle réglementation. Les proches collaborateurs du ministre étaient d’ailleurs à pied d’oeuvre sur la préparation de ce bilan.
———————————————————————————————————————————
SANTÉ: Infirmiers, un nouveau syndicat en gestation
La Nursing Association et la Nurses Union pourront être confrontées dans peu de temps à une nouvelle formation syndicale. Selon les premières informations, ce ne sont pas des novices en la matière qui lanceront ce nouveau regroupement d’infirmiers. Il s’agit de personnes ayant plusieurs d’années d’expérience tant dans le métier que dans le domaine syndical.