Le calendrier scolaire primaire 2015 a pris fin hier dans la plus grande confusion et dans un grand cafouillage dans les écoles. Le communiqué émis par le ministère hier matin informant de la décision « de rouvrir toutes les écoles primaires à travers le pays », alors qu’il est connu que les enfants ne sont pas à l’école le dernier jour, a pris au dépourvu les directeurs d’école.
D’habitude, les enfants ne viennent plus à l’école dès le dernier jour de leurs examens et y retournent l’avant-dernier jour du calendrier pour prendre leur bulletin et pour la fête organisée par l’école à leur intention. Et le dernier jour, l’école prend fin au plus tard à 11 h et, par tradition, le personnel organise une petite fête pour se dire au revoir. Mais contre toute attente, les habitudes ont été chamboulées cette année. Il y a eu cette décision du ministère de fermer les écoles avant-hier pour cause du mauvais temps, et qui a causé beaucoup d’inconvénients, tant pour les parents que pour les chefs d’établissements à cause de l’annonce très tardive, soit à 8 h, ce jour-là alors que les enfants étaient déjà arrivés à la porte de l’école. Des parents ont envoyé leurs enfants à l’école hier, prenant au dépourvu les chefs d’établissements qui ne s’attendaient à la présence d’élèves en ce dernier jour. Tandis que les écoles RCA avaient informé officiellement les parents au début du troisième trimestre que l’école prendrait fin le jeudi 5 novembre. Les chefs d’établissements tiennent les cadres du ministère pour responsables de la grosse confusion et du remue-ménage de ces deux derniers jours dans les écoles. « Ils ont fait preuve d’un manque de professionnalisme ces derniers jours et voilà le résultat du manque de communication avec les écoles. Il est malheureux que ce soient les enfants qui en aient fait les frais », lance un maître d’école de la région ouest. Les syndicats du primaire comptent revenir à la charge lors d’une prochaine réunion avec le ministère.