Les Teachers/Senior Teachers toucheront leur augmentation salariale à compter du mois de juin. C’est ce qu’a annoncé Vinod Seegum, président de la Government Teachers’Union (GTU) après des réunions avec les ministères de l’Education, des Finances et de la Fonction publique. Ils pourront enfin bénéficier du même salaire et des mêmes conditions que les enseignants du secondaires et leurs collègues ayant le titre d’Educators.
« Une grande victoire qui restera dans les annales. » C’est ainsi que Vinod Seegum interprète la concrétisation de l’alignement salarial des enseignants du primaire avec ceux du secondaire. Une requête datant de plus de 20 ans et qui a pris une nouvelle dimension depuis le dernier exercice de PRB avec l’accord du ministère de l’Education d’appliquer la politique de « mêmes diplômes mêmes salaires ». Les dernières réunions de la GTU avec les ministères des Finances et de la Fonction publique ont permis d’éclaircir les dernières zones d’ombre dans ce dossier. « Tout est réglé, nous attendons simplement que le ministre de tutelle présente le dossier au cabinet pour le clearance. Selon toute probabilité, au mois de juin les Teachers/Senior teachers toucheront leur alignement à partir de janvier 2013, selon un quantum défini. »
Par ailleurs, Vinod Seegum a affirmé avoir participé cette semaine aux réunions pour finaliser les dates des examens du CPE. A ce jour, il est prévu que ces examens se tiennent du 13 au 17 octobre, soit une semaine plus tôt que d’habitude, en raison de la fête de Divali. Cependant, cette année, le ministère veut étendre les épreuves sur cinq jours. « Nous ne contestons pas cette proposition, mais pédagogiquement parlant, nous sommes d’avis que les examens sur cinq jours, entrecoupés d’un week-end, augmentera le stress des enfants. » Par ailleurs, la date du 13 octobre pose problème pour les Rodriguais, car la veille, ils célébreront la Rodrigues Day.
Vinod Seegum dit également son insatisfaction concernant le secteur de l’enseignement spécialisé. « J’ai visité quelques écoles et j’ai trouvé que l’environnement dans lequel évolue ces enfants qui souffrent déjà de handicap n’est pas approprié. Nous en reparlerons avec le ministère. »