Alan Ganoo, député et président du Mouvement Patriotique (MP), estime que la nouvelle formule de rémission « encouragera le détenu à avoir une bonne conduite » durant sa détention. « Le détenu participera lui-même à l’obtention d’une rémission de ses peines », dit-il.

Alan Ganoo croit « dans la philosophie de “earned remission” car c’est une manière de responsabiliser le détenu dans le processus de rémission ». Pour lui, « cette formule a un impact psychologique et influe positivement sur le moral des détenus ». Il considère que cette formule doit être appliquée « à tous les prisonniers indistinctement ».

Soulignons que d’après le projet de loi, les “drug offenders” et ceux coupables d’abus sexuels ne sont pas concernés par la nouvelle formule de rémission. Le député Ganoo souhaite qu’à l’avenir ces deux catégories de prisonniers puissent elles aussi “earn” leur rémission à condition que les prisonniers aient fait preuve de bonne conduite, même s’ils ne pourront bénéficier de la période “1/3”, comme préconisé dans le projet de loi. « Dans leur cas, ils pourraient bénéficier d’une durée inférieure, comme par 1/5 », a suggéré le député Ganoo.