Deux détenus, Jerry Sylvio Lai Cheong King, 42 ans, et Eshan Dotip, 41 ans, ont bénéficié de deux bourses d’études de la Open University. Ils suivront, trois ans durant, des cours à distance, plus précisément un BSC en Management. Pour le Commissaire des Prisons, Jean Bruneau, « cela représente une grande première dans l’histoire de la prison. Ce sont les deux premiers détenus à suivre des cours universitaires ». Également présent lors d’une cérémonie officielle ce matin à la Training School de la prison de Beau-Bassin, le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah devait lui aussi souligner le caractère innovateur et marquant de l’événement : « Vous avez tout notre soutien et notre bénédiction dans cette expérience nouvelle qui sera, certainement, un grand défi. Li pou extra difisil, sirman, me zot bizin manz are li ! » Une trentaine d’officiers de la prison se sont, dans la foulée, vu remettre leurs certificats pour des cours en Supervision and leadership for change.
Jerry Sylvio Lai Cheong King et Eshan Dotip étaient les stars du jour. Ces deux détenus qui purgent actuellement leurs peines à la prison de Petit-Verger (Pointe-aux-Sables) et qui recouvriront la liberté d’ici 2016/17, sont les deux premiers détenus de l’histoire de la prison à Maurice à bénéficier de cours universitaires. Les deux hommes vont en effet pendant les trois prochaines années suivre un BSC en Management via des cours à distance (distance learning programs) offerts par la Open University. L’annonce a été faite officiellement ce matin dans les locaux de la Training School de la prison de Beau-Bassin par le Commissaire des Prisons, Jean Bruneau, en présence du ministre de l’Éducation tertiaire, Rajesh Jeetah, des officiels de la Open University, dont son directeur, le Dr K. Sukon, et la Chairperson, Aisha Jeewah. Dans la foulée, outre de présenter aux deux lauréats de la Open University leurs « kit » d’étudiants, comprenant une tablette informatique et de la littérature pour se familiariser avec leurs cours, une trentaine d’officiers de la prison se sont vus remettre leurs certificats après avoir réussi leurs études en Supervision and leadership for change, toujours dispensées par la Open University.
Jerry Sylvio Lai Cheong King, 42 ans, et Eshan Dotip, 41 ans, tous deux mariés, reconnaissent que « cette opportunité de réaliser des études universitaires sont une réelle deuxième chance pour nous d’apprendre à être encore plus indépendants et avoir un métier solide, à notre sortie de la prison ».
Jerry Sylvio Lai Cheong King retrouvera la liberté en 2017 tandis qu’Eshan Dotip sera libre en 2016. Le premier avait été condamné à une peine de 45 ans d’emprisonnement, puis, a bénéficié d’une remise de peine de 30 ans. « Ma sentence avait donc été réduite à 15 ans », souligne cet ex-étudiant du Collège Royal de Port-Louis, détenteur d’un diplôme en Fashion & Design de l’université de Durban. Eshan Dotip, pour sa part, est un « self made man ». Il a été incarcéré en novembre 1997 et n’a bénéficié d’aucune remise de peine.
Les deux hommes, très actifs auprès des autres détenus des prisons, sont affectés comme peer ressource persons au Centre Lotus, qui s’occupe des détenus ayant des addictions et des dépendances diverses. Dans leurs interventions respectives, le CP Bruneau, le ministre Jeetah et le directeur de la Open University, le Dr Sukon, ont tous souligné le caractère très symbolique de l’entreprise d’envergure dans laquelle se lancent les détenus Lai Cheong King et Dotip. « Ce sera véritablement une révolution dans le domaine de la réhabilitation et de la réinsertion », a tenu à faire ressortir J. Bruneau, tout en redoublant d’encouragements, de félicitations et de motivations aux deux détenus et leurs familles, présentes ce matin à Beau-Bassin.
Pour sa part, le ministre Jeetah devait rappeler que « c’est la philosophie de ce gouvernement que de donner sa chance à chaque Mauricien ; quel qu’il soit »; Pour le Dr K. Sukon, « la Open University est fière et honorée de s’associer à cette grande première. Nous espérons que les exemples des deux détenus feront des émules parmi la population carcérale ».
Ce matin, une trentaine d’officiers de la prison devaient également se voir remettre des officiels du ministère et de la Open University présents, leurs certificats pour avoir brillamment réussi leurs études en Supervision and leadership for change.