Hier, mardi 22 avril, 175 officiers des services pénitenciers ont été promus « Lead Prison Officers ». Un échelon à priori nouveau dans la hiérarchie de l’univers carcéral, mais qui est, en fait, un rétablissement de la reconnaissance d’éléments de ce département. Un exercice qui, de plus, n’a pas manqué d’être salué par le syndicat des officiers de la prison, la Prison Officers Association (POA). Son président, Siddick Lallmohamed, a en effet rappelé que « nous avons mené cette bataille depuis 2008, quand dans un exercice de « downsizing », décrété par le GM et la FMI, certains « ladders » de la hiérarchie avaient été gommés. Désormais, tous les officiers peuvent aspirer à ce titre, serti de nouvelles responsabilités et d’une rémunération supplémentaire. »
C’est, pour S. Lallmohamed, « une grande victoire au nom des officiers de la prison ! Car, dans le sillage de cet exercice de « downsizing », en 2008, une grande vague de frustrations et d’inconsidération avait prévalu au sein de l’ensemble du personnel de la prison. » Désormais, poursuit le président de la POA : « Cette reconnaissance pour le temps de service, la bonne conduite et la discipline permettra aux officiers de gagner davantage le respect de leurs pairs. » Mais mieux encore, soutient notre interlocuteur, « ces officiers seront dorénavant encore plus respectés et appréciés, non seulement par les détenus et leurs collègues de la prison, mais également et surtout par leurs proches et familles ! C’est un élément primordial et très important dans la vie, le quotidien et la qualité de service attendue d’un officier de la prison ! »
Le président de la POA rappelle que « depuis que plusieurs échelons de la hiérarchie avaient été gommés, en 2008, une vague d’incompréhension et de frustration avait frappé l’ensemble des officiers de la prison. Or, l’an dernier, le rapport du PRB est venu, partiellement, rétablir les faits, en approuvant ce poste de reconnaissance de Lead Prison Officer. » Mais, ajoute M. Lallmohamed, « le rapport Manraj, découlant du rapport PRB est venu renforcer le tout : plutôt qu’une simple nomination et changement de titre de l’officier promu, le poste est serti d’une rémunération supplémentaire. Ce qui consiste en une valorisation considérable, d’autant que le Lead Prison Officer est appelé à cumuler des fonctions supplémentaires et des responsabilités accrues ! »
Le rapport de Dev Manraj demandant à ce que cette mesure devienne effective dès le 1er janvier 2014, l’exercice d’hier à la prison de Beau-Bassin devient ainsi « le premier d’une série qui, souhaitons-le, verra, année après année, des officiers méritants et compétents, être promus et reconnus pour leur potentiel et talent », devait encore préciser M. Lallmohamed. Dans son intervention, lors de la cérémonie de remise des attestations et décorations aux 175 officiers promus Lead Prison Officers, le Commissaire des Prisons (CP), Jean Bruneau, devait également abonder dans le même sens : « Cet exercice est historique dans l’histoire de la prison à Maurice, car il a permis de rétablir dans leurs états de service, ces hommes et femmes qui servent dignement les services pénitenciers. »
Pour le CP, « avec cette nouvelle valorisation, nous sommes certains que nous avons, en notre sein, des éléments qui seront davantage « committed » dans leurs postes respectifs. C’est une manière pour eux de tenir la promesse de sécurité envers leur pays… »
Siddick Lallmohamed précise que « cette promotion est destinée aux officiers cumulant plus de 15 ans de service. Un panel a été établi pour jauger les capacités des éléments souhaitant aspirer à ce poste, où les principaux critères sont la bonne conduite, la discipline et la régularité dans leur service. » M. Lallmohamed et le secrétaire de la POA, Jackie Kamanah siègent tous deux, avec d’autres officiers, sur ce panel. Le CP Bruneau a d’ailleurs salué « le combat mené par la POA dans cette reconnaissance du travail des officiers. »
215 officiers de la prison sont éligibles, valeur du jour, au poste de Lead Prison Officers. De ce nombre, 175, dont une dizaine de femmes, ont été faits Lead Prison Officers ; « 8 autres Prison Officers, aussi éligibles, vont être promus à d’autres postes, incessamment », a aussi précisé M. Lallmohamed. Rappelons que la prison compte, à ce jour, environ 1 100 officiers qui veillent à la bonne marche quotidienne de cette institution.