La demande de Dharmanand Dhooharika à la Cour suprême pour interjeter appel devant le Privy Council a été rejetée. Les avocats du journaliste, condamné à trois mois de prison pour outrage à la cour, ont débuté à la mi-journée les procédures en vu de suspendre la sentence. Ils demanderont aussi un « special leave » au Privy Council.
Le Senior Puisne Judge Keshoe Parsad Matadeen et le juge Gérard Angoh ont tranché ce matin sur la demande de Dharmanand Dhooharika pour faire appel devant les Law Lords du Privy Council. Ils ont rejeté le « leave » du journaliste.
Les hommes de loi de Dharmanand Dhooharika, le Senior Counsel Me Gavin Glover et le Senior Attorney Me Narendra Appa Jala, ont entamé à la mi-journée les procédures en vue d’un « stay of execution » de la sentence du Senior Puisne Judge Keshoe Parsad Matadeen. Me Narendra Appa Jala (SA) va enclencher les procédures pour un special leave to appeal before the Judicial Committee of the Privy Council.
Dharmanand Dhooharika a été jugé coupable de « contempt of court for having publicly scandalised the supreme court and brought the administration of justice into disrepute by the editorial note, articles and interview published in the issue of Saturday 14 August 2010». C’est le Senior Puisne Judge, Keshoe Parsad Matadeen, qui a statué que le journaliste s’est attaqué à la dignité et l’intégrité du judiciaire et l’a condamné à trois mois de prison le lundi 17 octobre.
Dans l’article incriminant, Dev Hurnam a mis en cause le Chef juge Bernard Sik Yuen dans l’affaire de Paradise Rentals Co Ltd contre la Barclays Leasing Co Ltd. L’avocat radié du barreau mauricien et d’Angleterre a  fait de graves allégations contre le chef du judiciaire. C’est à la suite de l’article intitulé « Dev Hurnam réclame la prison pour le chef juge » que le DPP a décidé de poursuivre le journal et son rédacteur en chef.