– Le SG, Yousouf Ismaël, attire l’attention sur un réseau parallèle et informel qui pratiquerait des prix abusifs dans les régions rurales

La Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) invite le gouvernement à sanctionner les commerçants irresponsables quant aux prix abusifs pratiqués. C’était, vendredi, lors d’une réunion avec les acteurs des secteurs agro-alimentaire et du commerce. « Nous invitons le gouvernement à prendre des sanctions contre les commerçants irresponsables créant une pénurie artificielle, s’adonnant à une économie parallèle ou pratiquant des prix abusifs. La MCCI est depuis le début de cette crise, un intermédiaire important entre les opérateurs privés et le gouvernement pour la mise en œuvre de plusieurs mesures. Nous continuerons à œuvrer sans relâche pour aider à relever le pays, les employés et les acteurs économiques à traverser cette passe difficile », a affirmé le Dr Yousouf Ismaël, secrétaire général (SG) de la MCCI.

Il devait aussi souligner que la MCCI travaille en étroite collaboration avec les autorités pour la mise en place d’un cadre juridique pour réguler le secteur et ainsi éviter les abus. « Nous sommes tous dans le même bateau. Nous devons nous serrer les coudes pour qu’on s’en sorte. D’une part, au début du confinement, il fallait assurer l’approvisionnement du pays et l’ouverture des commerces dans une conjoncture nationale et internationale compliquée ; d’autre part, jongler avec un dollar qui grimpe face à la roupie, l’augmentation du coût du fret, les fournisseurs étrangers qui ont revu leurs prix soudainement à la hausse. Je suis cependant très satisfait des progrès notés pendant cette réunion où nous avons eu l’engagement solennel que nos membres pratiqueront des prix équitables ! »

Cette réunion fait suite aux nombreuses plaintes reçues du public concernant les prix abusifs que pratiqueraient certains commerces. Petits et gros acteurs de ces secteurs de la grande distribution, distributeurs comme détaillants, ont pu faire entendre leur voix, et s’engagent à un approvisionnement à un « prix raisonnable ». Ils étaient tous, par ailleurs, unanimes quant au respect des principes du commerce libre et équitable et pour que « tout abus soit sanctionné ». Le secrétaire général a aussi attiré l’attention des autorités sur un réseau parallèle et informel qui opère dans certaines zones rurales et qui pratiquerait des prix abusifs sur certains aliments de base.

Au cours de cette rencontre, plusieurs propriétaires de supermarchés/détaillants ont déploré le fait qu’ils sont critiqués sur l’hypothèse qu’ils fassent des marges déraisonnables. A cela, le secrétaire général de la MCCI répond : « Certes, il y a des cas d’abus, mais il faut cibler ceux qui ne jouent pas le jeu et qui nuisent à la bonne réputation des professionnels du secteur. Au moment où le confinement a été décrété dans le pays, tous les acteurs du secteur – gros ou petits – se sont retroussés les manches pour assurer la pérennité des approvisionnements en denrées de base, malgré les nombreux obstacles liés à la situation y compris celui du risque sanitaire qui a nécessité des investissements et réorganisation des sites. La plupart des importateurs affirment avoir maintenu leurs prix. Il faudrait maintenant que ceux qui pratiquent des prix abusifs jouent le jeu à leur tour et affichent des prix équitables et raisonnables. »

Le vice-président de la MCCI a, de son côté, fait un appel à tous pour un comportement responsable et solidaire. « Nous vivons tous, sans exception aucune, des moments très difficiles et nous pouvons comprendre l’état d’esprit de ces commerçants qui vivent une situation sans précédent. Les répercussions du Covid-19 sur les acteurs économiques sont nombreuses. En sus du prix du dollar qui a augmenté de 8%, ils opèrent avec un effectif réduit de 35 à 50% et doivent faire face à plusieurs surcoûts additionnels liés à la situation sanitaire actuelle. Nous sollicitons les importateurs et les détaillants pour assurer l’approvisionnement à un prix raisonnable », a-t-il déclaré.

Et de poursuivre : « D’autre part, la population a aussi son rôle à jouer. Il faut comprendre que, dans certains cas, les prix diffèrent car il n’y a, pour le moment moins, voire pas, de campagnes promotionnelles sur les produits et que les fournisseurs à l’international ont augmenté leurs prix. Nous avons cependant espoir que la situation revienne à la normale. J’incite les acheteurs à la vigilance et à faire leurs achats avec discernement. Nous souhaitons rassurer encore une fois la population qu’il ne manque pas de produits dans le pays et que les pénuries de certains ne sont que temporaires et souvent l’œuvre de quelques commerçants irresponsables. Il faut insister pour que les prix soient affichés et que les produits en vente soient sains. »